Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/08/2007

Peplum

J’ai dû voir mon premier peplum quand j’avais 7 ou 8 ans. A la télé, bien sûr. Le genre était déjà trop démodé pour que je puisse en voir un au cinoche, si si, elle est pas si préhistorique que ça mon enfance ! Ah mais ! Bref.

Enfin en tout cas je l’oublierai jamais mon premier peplum, c’était « La bataille de Marathon » de Jacques Tourneur, sorti en 1960, avec Steve Reeves.

Dès le début du film j’ai même pas eu le temps de me rendre compte, j’étais scotché. Tétanisé. Absorbé. Englouti par ce qui se passait sur l’écran. Les scènes de Jeux olympiques avec Steve Reeves, entouré d’une dizaine d’autres beaux mecs musculeux, un peu moins beaux que lui mais beaux quand même. Et il gagnait. Tout. La course, le javelot, la lutte, la natation , tout.

Curieusement, je n’ai pas bien compris ce qui se passait en moi. Je suis même pas sûr d’avoir été excité sexuellement. Je me souviens seulement d’une impression de fascination totale. Et aussi d’un autre sentiment : ne surtout rien laisser paraître devant mes parents, mes frères et sœurs. Je sentais confusément que j’étais là dans une sorte de « domaine interdit » sur lequel il valait mieux que je ne m’étende pas. Que cette « fascination » pour l’homme magnifique qu’était Steve Reeves, ça allait au-delà de la simple admiration et que… je devais garder tout ça pour moi.

 

f9dcbfff5ac35d1ef96b6073c5a8e84b.jpg

e8544d16f5066482cbcab754ed7e205e.jpg39befcc2523f4e7dd5fb1212131ce84d.jpg61f012b58f0d3556ef70c678484719e2.jpg

16f46aff15f6c2f769cce53ca250d632.jpg1371997965ae73c4836f4643141f8a0b.jpg

 

J’ai bien sûr eu l’occasion de revoir le film et d’envisager plus lucidement ses côtés trop  naïfs  et kitschissimes depuis, mais peu importe. Il m’est toujours resté quelque chose de la première impression.

J’ai lu des articles, visité depuis des forums internet, « Steve Reeves était niais… une cacahuète à la place du cerveau… aucun talent…. ses muscles étaient son passeport pour le cinéma… pati, pata, gnagni, gnagna… ». Menfous, menfous, menfous. J’oublierai jamais cet émoi qui m’a pris en le voyant, lui, et aussi cette ambiance subtilement érotique dans le film, de ces beaux mecs qui s’entraînaient entre eux à moitié nus. Ben oui, à l’époque, il y avait pas les calendriers de rugbymen ! Par la suite, quand l’instinct sexuel est devenu plus clair pour moi, je suis moi aussi passé par les conneries habituelles : matage du catalogue de La Redoute (ou des 3 Suisses) à la page des maillots de bains (pour mecs, c’est la peine de préciser… ?) par exemple. Je me souviens plus tard en avoir parlé avec d’autres copains homos qui se sont esclaffés « on l’a tous fait ! » J’étais tout étonné ! Je croyais naïvement être le seul à m’adonner à ce style d’innocente perversion dans mon enfance. LOL.

Les peplums ont longtemps été démodés, ils sont revenus (un peu, pas trop…) au goût du jour il y a quelques années avec Gladiator. J’ai découvert aussi récemment à la télé (eh oui, encore !) Troie, que j’avais raté à sa sortie dans les salles. Même si j’ai grandi et mûri (oh, pas tant que ça…) j’ai conservé certains réflexes disons « esthétiques » de mon enfance. Mais la différence c’est que maintenant je suis mieux équipé pour figer les 'moments forts' (hum) d’un film dans leur perfection :

db2db738bed9682ea7ef4b6fed2fe4a1.jpg
33a512e2f5c2d8367ac46509574281d3.jpg

(quelle idée ils ont eue d’aller s’entretuer devant les murailles, ces deux-là… y aurait eu tellement mieux à faire en un long face à face….)

Quoi qu’on ait pu dire sur ‘Troie’, je l’ai bien aimé, moi. Bon, d’accord, dans le film, l’histoire donne l’impression de s’écouler sur quatre jours alors que selon l’Iliade le siège de Troie a duré des années. J’ai aussi pleuré de rire en lisant sur un forum qu’il y avait eu une controverse sur le fait que la plupart des acteurs avaient un anglais et un accent trop ‘Shakespeariens’  dans la VO et qu’ils auraient dû avoir un accent grec. Ben voyons. Et pourquoi pas, pour l’authenticité, les faire déclamer en grec ancien aussi…. N’importe quoi.

Au fait, je suis pas fan de peplums. Je tenais à le préciser. La plupart de ceux que j’ai vus par la suite, je les ai trouvés plutôt mièvres et niais… mais bon…. Les émotions d’enfance qui perdurent jusqu’à l’âge adulte, c’est sympa et moi je les cultive. Si vous êtes sages, je vous parlerai un de ces quatre de ma passion pour les « Lassie ». Si, si. Rien ne vous sera épargné, vous dis-je. Rien.

09:30 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : peplum, homosexualité, enfance

Commentaires

Moi c'est Johnny Weissmuler (pas sur de l'ortographe), Tarzan quoi, qui me faisait fantasmer ...
Si tu veux te replonger dans l'enfance, je te conseille 300 !!

Écrit par : fredot | 12/09/2007

@ Fredot : 300 ? Kézako ???? une bédé pour adultes nostalgiques ? (ah au fait, à propos de BD : qu'est-ce que je raffolais de "Guy l'Eclair" la version française de Flash Gordon dans le Journal de Mickey, aussi...! quand il était dessiné torse nu je trouvais ça d'un érotisme torride....)

Johnny Weissmuller (un L ou 2 L ? chuis pas sûr non plus ! ) eh ben bizarrement, il me faisait ni chaud ni froid. Dans le même rôle, je préférais la plastique de Gordon Scott (mais lui était un Tarzan beaucoup moins talentueux et crédible, ça c'est sûr...).

LOL... tu imagines qu'on ait eu toi et moi cette discussion de tapioles, il y a quelques années, en culottes courtes, dans la cour de l'école primaire... On en serait pas ressortis vivants ! MDR....

Écrit par : Lancelot | 12/09/2007

300 c'est d'abord une bd qui a été transposé en film récemment, et qui existe en vidéo ! recherche sur le net ça te donnera une idée de la chose !!

L'école primaire !! Mais c'était pas y'a quelques années, plutôt quelques décennies (pour moi en tout cas !)

Écrit par : fredot | 12/09/2007

Ah bon ? Moi je l'ai finie il y a 8 ans tout juste, mon école primaire.... AAAARFFFF..... Mais non je déconne, ça remonte, pour moi comme pour toi je suppose, à quelque trente ans en arrière... On peut parler de "décennies" si tu veux, mais dans la mesure où une décennie est composée d'années, tu chipotes, je trouve (ou bien est-ce moi qui avais fait ma grande coquette sans même le faire exprès dans le commentaire précédent ???). Mon âge ne m'a pas encore posé problème, beau comme je suis, mais il est peut-être temps pour moi de consulter un psy.....??? LOL.

Écrit par : Lancelot | 12/09/2007

merci pour ceb illet, c'est toujours intéressant den vous lire. Je me demandais cependant pourquoi cettte parenthbèse : le genre etait deja trop demode pour que je puisse en voir un au cinoche ? :)

Écrit par : laure Manaudou | 09/01/2008

Bien sûr nous avons tous eu notre période 3 Suisses
Ce qu'il y avait de bien dans ces catalogues, c'est qu'ils étaient utilisables aussi bien par les hétéros que par les homos !
Quant aux musculeux, miam ...
Mais ce qui me bluffe chez vous, camarades, c'est votre mémoire encyclopédique : tel film, telle année, diffusé telle année, tels acteurs, tels scènes ! & tout ça précis, avec détails
Même quand j'avais votre âge, c'était hier, enfin disons avant-hier, je ne retenais pas tout ça; alors vous pensez, maintenant, avec mes prémisses Altheseimer ( d'ailleurs, la preuve, je ne sais même plus écrire le nom de ma future maladie...)

Écrit par : Philippe | 21/07/2010

@ Philippe : Ne plaisante pas avec Alzheimer (un sujet qui me terrorise).

Ah, bah, mes souvenirs d'enfance sont effectivement très clairs dans mon esprit, ceci dit, ce n'est pas une assurance contre la maladie pré-citée puisqu'il paraît que lorsqu'on en est atteint, on se souvient très bien du passé mais pas du tout des détails de la vie quotidenne...

Écrit par : Lancelot | 05/08/2010

Les commentaires sont fermés.