Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/10/2007

IRRESISTIBLE !!!

J’ai passé une bonne heure de mon après midi à me  TORDRE DE RIRE devant ce site absolument génial, qui est assez connu paraît-il, mais sur lequel je ne m’étais pas encore rendu… merci Léon…. !!

 

http://martine.logeek.com/index.php

Ce qu’il y a de poilant aussi, c’est qu’on peut y  proposer ses propres créations, mais attention ! une seule par jour !! C’est un peu frustrant, j’en ai personnellement imaginé 6 ou 7, mais il faudra attendre pour les voir publiées…

En attendant,  parmi les délires des autres participants au jeu, j’ai relevé mes préférés :

 

Ceux connotés 'homo' :

5c31eec9c832bf6615cbd0ef331c11d9.jpg
43c17417df95c889664115a9951a7f21.jpg
dca91a266a240cbdcdb2a47f93b83e0d.jpg
 

Les « politiques » :

 

92acb9d5c51dedfdd2c7cdd4f3eaa73a.jpg
aeaf3128b6d7f288f540ea27869ee26e.jpg
1fec3284d91cb68b37590a7db8eb5586.jpg
27bf0a3c4731cb48a9ebbf0f4bb4cfbb.jpg

Les « gores » :

 

f4842585fad0ea08bcb4dfe196fdbe10.jpg
f648a4b5eb4f9074386024957d03c72f.jpg
203b85fcbbd66928a0e471a02dac83fa.jpg

Et je termine sur une de mes « créations persos », qui n’est certes pas la meilleure de la liste :

 

828d623a9eb627e5783950577def22a8.jpg

20:55 Publié dans Mes humeurs | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : Martine

30/10/2007

Brumaire

b1eab64d52addf71a4bb4c42cc894efb.jpg

Quand j’étais gamin, je n’aimais pas l’automne. Facile de comprendre pourquoi. C’était synonyme de rentrée des classes, de fin de l’insouciance, du renouveau des rhumes, des gros manteaux et cache-nez dans lesquels on doit encore s’emberlificoter… La saison des grognons.

 

 

a1041be8c0918dd7b99220012efef476.jpg

J’ai appris petit à petit  à l’apprécier lors de mes premières années de fac. La rentrée se faisait plus tard, j’avais le temps de glandouiller et d’être plus attentif au temps qu’il fait, au temps qui passe… Les promenades solitaires dans la campagne. Ce sentiment un peu euphorique et pourtant si faux d’être en communion avec la Nature, simplement parce qu’on a l’impression d’être seul au monde sous les grands arbres. Ce froid  encore assez léger pour n’être qu’un avertissement, pas encore suffisamment agressif pour en devenir désagréable. L’odeur sensuelle des feuilles qui tombent, leur « cruissement » lorsqu’on y enfonce les pieds. L’incroyable goût chaleureux de soleil du raisin, promesse mensongère dans une saison qui s’enfonce inexorablement vers le froid.. La Toussaint, qui à chaque fois dans ma pensée, s’associe avec un jour lumineux et glacial. Le silence timide des fleurs dans les cimetières. J’adore les cimetières. Ce n’est pas une déviance macabre de ma part : c’est toujours joli, fleuri, calme, les gens n’y parlent pas fort, j’aime passer devant des tombes et essayer de deviner la vie des gens dont les noms, les dates, les photographies, figurent sur les plaques. J’aime les cimetières et leur cyprès. J’aime l’automne.

 

 

8340762f005340db0fd5d7c76c2f7dc9.jpg

 

Dimanche, nous sommes allés faire une petite virée du côté d’Assas et nous en avons ramené quelques photos. Campagne déserte, coucher de soleil derrière l’Hortus et le pic Saint Loup, petits villages jetés comme par mégarde aux détours de la route. Nous avons fait provision de cartes postales pour immortaliser ce moment de l’année si fugitif. J’aime l’été à cause de cette impression d’éternité qu’il procure. Il fait beau, rien ne changera, on ne travaillera plus et on sera à jamais immortels. Pour les raisons exactement inverses, j’aime l’automne. Sensation d’éphémère, chaque heure doit être savourée comme un dernier fruit. Le vent se lève, la nature se transforme à vue d’œil et tout va glisser vers le froid et la nuit, pour nous rappeler qu’on ne sera pas toujours ici à en profiter, et que c’est l’ordre des choses, qui nous entraîne nous aussi, dans son lent mouvement paisible.

cf3c951b9ff504865ba833fd0fac8954.jpg

15:55 Publié dans Mes humeurs | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : automne, saisons

26/10/2007

Faux héros et vrais zéros

Ayant épuisé dernièrement notre dernier stock de Desperate Housewives, Gray’s Anatomy, Weeds, Rome, et j’en passe, on a décidé, pour en avoir entendu parler à droite à gauche, de tenter l’adoption d’un petit dernier : ‘Heroes’.

Pour résumer : un groupe de personnes disséminées au 4 coins de la planète (enfin, surtout aux USA bien sûr, mais aussi au Japon et en Inde) découvrent qu’ils possèdent chacun un super-pouvoir individuel (voler, se régénérer, se dédoubler, peindre l’avenir, entendre les pensées des autres, les forcer à faire des choses, se téléporter, arrêter le temps, etc etc). Il y a aussi une force maléfique qui les poursuit et les tue parfois, et une sombre menace d’apocalypse finale qu’ils doivent essayer d’empêcher….

Premier épisode.

C’est très embrouillé au départ, mais hyper-accrocheur. On est sans cesse en train d’essayer d’élaborer des hypothèses pour trouver des liens entre les gens. La subtilité de la série c’est que tous ces gens qui sont dispersés au départ se rapprochent insensiblement, pour, on le devine, une grande confrontation finale.

Et moi, au premier épisode, j’ai été gêné, mais alors terriblement gêné par deux personnages : le mec qui vole, et son frère. Ils me rappellent… des gens.

Jugez par vous-mêmes :

 

f28a79b2055e1331658371562db397ea.jpg

Bon, c’est probablement moi qui délire, mais cette idée finit par m'embêter : à notre esprit défendant, on ne serait pas tout bêtement en train de glisser vers la folie depuis quelques mois avec CA ?

Ceci dit, dans le 5° épisode (ou le 4°, ou le 6°, je sais plus trop…), le mec volant se met torse nu… et là, tout le malentendu se dissipe, pour ne laisser place qu’au plaisir des yeux… Je prendrais bien avec lui quelques leçons pour planer… Pas vous ?

 

abdcfe9bcfe51df5e4fcd8cc55af6e04.jpg