Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/11/2007

Moral de novembre : vous pouvez zapper

cafb3cae0add93cf990865faf1efa3bb.jpg

Voilà un instantané de l'état de mon mûrier platane ce matin à 11h45.

Ca reflète assez bien mon état intérieur actuellement, et, si j'en crois la tournée des blogs des copains, le moral général des troupes en cette belle matinée...

Fait gris

Fait froid.

Fait du vent.

Fait humide.

Fait moche.

(Et, fait notable car exceptionnel : mon petit Pixie montpelliérain à gauche en ce moment se  PLANTE COMPLETEMENT ! Il indique un ciel bleu avec un joli soleil et quelques tout petits nuages blancs .... Faut aller resserrer quelques boulons sur le satellite !!! Pas l'ombre d'une miette de bleu ni d'un seul rayon de soleil depuis hier ! Le ciel est uniformément gris pisse ! Et le petit garçon en tee-shirt, bermuda et tongues, il peut courir chercher sa doudoune et ses boots, sinon il va attrapper une pneumonie que je te dis que ça !!! Pour la petite fille lilloise, je sais pas, je ne suis plus sur place pour vérifier...)

Les mois de novembre se ressemblent toujours plus ou moins. C'est en général la pire période de l'année. Pour la plupart, l'effet bénéfique des congés d'été s'est estompé, pas de perspectives de vacances avant un mois et demi, la météo vide ses poubelles, et, bien sûr, c'est toujours le moment où les conflits sociaux remontent à la surface, parce que c'est toujours le moment où le Gouvernement est pris d'une crise de réformite aigue...

Il y a trois semaines, on avait pris les grèves à la légère, parce qu'on n'était pas trop affectés, mais, surtout (même si ça a l'air idiot) parce qu'il faisait très beau ce jour-là.

Aujourd'hui, l'arrêt des transports ne nous perturbe pas excessivement dans notre quotidien : TiNours se fait covoiturer par Lala, le seul inconvenient est que je dois l'emmener le matin en voiture à 5 km d'ici, mais c'est pas très contraignant.

Mais surtout c'est cette ambiance pourrie de conflit permanent qui est chiante au quotidien. On ouvre la radio "...les négociations..." on ouvre la télé "...les perturbations..." on ouvre le journal "...les manifestations..." on ouvre la bouche : "Est-ce que demain tu vas faire grève ou consacrer ta journée à la mast...." eh merde!

Ca nous bouffe la vie.

Moi ce qui me déboussole surtout (et je suis persuadé que plein de Français sont dans le même état d'esprit que moi) c'est d'en vouloir aux agents SNCF de faire chier le monde tout en reconnaissant que j'en ferais autant à leur place, C'est d'entamer sans cesse des débats où les gens se montent les uns contre les autres, tout en reprochant au gouvernement de faire ce qu'il ne devrait pas faire, ou de ne pas faire ce qu'il devrait faire, avec ce putain de sentiment d'impuissance. C'est de me dire que de toute façon en mai on en a pris pour 5 ans (minimum) dans le cul. mais que, bien au-delà, je doute même que si par miracle l "autre" avait été élue, nous n'en serions pas au même point aujourd'hui. Ils ont beau s'agiter et gesticuler dans tous les sens, on le sait bien, que les décisions ne sont pas de leur ressort. Les matières premières augmentent, l'essence augmente, tout ça pour des raisons variées (les quotas sur le lait, les mauvaises récoltes de céréales, les besoin accrus de la Chine et de l'Inde en pétrole, etc etc...) et on nous promet d'améliorer notre pouvoir d'achat, "plus tard" mais pour l'instant, la seule chose qui prospère, c'est la déprime ambiante.

Et c'est pas la frénésie de Noêl et des vitrines illuminées qui me rendra mon moral... quand j'étais ado ça marchait encore... maintenant , quelque part, je ne sais même pas où, je l'ai perdue, cette faculté de faire risette à la magie des fêtes de fin d'année. M'en fous, de Noêl. M'en tape complètement, même.

Envie d'arrêter de faire semblant, envie de changer tout le décor. Changer de dimension, en passant une porte, comme dans les bouquins d'anticipation de Philip Jose Farmer. Se retrouver dans un monde complètement différent. Même si c'est pire. Tant pis. Au moins on n'aura plus les mêmes tristes gueules des actualités (et des "acteurs"!) du jour sous les yeux.

Je l'aime bien quand même, mon mûrier platane. Chaque année je le taille en décembre, justement. Ouste, les vieilles branches à la poubelle. Si on pouvait en faire autant des problèmes engendrés par les conflits sociaux...

12:20 Publié dans Mes humeurs | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : novembre, moral, grèves

Commentaires

Bon bon bon, alors là, je vois ce que c'est: dans le Sud, vous êtes tellement habitués à avoir la légèreté du soleil que, dès qu'il se planque un tantinet derrière ses copines les nuageuses, vous déprimez comme des lapins dans les phares de la voiture. Dis moi donc, chevalier à la blanche plume, tu peux aller chercher une petite bouteille de vin au château de Valflaunès? Tu peux aller te promener sur la plage et donner des coups de pieds dans le sable? Tu peux aller te taper la randonnée de Saint Guilhem? Alors un bon conseil: fais le! laisse donc les cheminots où ils sont et les emmerdés des grèves à la capitale (je sais, j'en suis), recentre toi sur la chaleur de ton foyer, sur la joliesse de ton platane et sur le temps qui passe. Egalement, dès que tu auras un rayon de soleil, regarde bien la lumière qui passe à travers les branches des arbres et qui se pose sur les vignes en hibernation. Va te promener dans les sous-bois qui sentent la mousse, celle que tu vas cueillir pour décorer le pied du sapin de noël et entourer la crèche, si tu en as une. Tu n'apprécies plus les loupiottes des magasins pour Noêl? ce n'est pas grave, apprécie plutôt la joie, vraie ou fausse qu'importe, que cela déclenche chez les petits. Allez, va, ça vaut quand même un peu la peine de passer l'automne...

Écrit par : L'Elephant | 21/11/2007

@ l'Elephant : Mais oui mon grand, je savais bien, tout en écrivant cette note, que j'ai l'air de verser des larmes dans ma coupe de champagne et que je suis bien mieux loti que plein d'autres, et que je n'ai pas à me plaindre. Je sais.

Mais ce n'est pas qu'une question de ciel gris (qui persiste aujourd'hui d'ailleurs...) même s'il est prouvé scientifiquement que la lumière agit sur le moral, dans un sens comme dans l'autre. Même si je n'ai pas à subir les galères dans les transports des Français habitant la région parisienne (entre autres !), je ne peux m'empêcher de me sentir quelque part solidaire, parce qu'aspiré, englué par la morosité qui plane. On ne peut pas se replier égoïstement sur soi-même quand on sait que les autres autour sont emmerdés. Ou alors, on coupe tout, on n'écoute plus aucun flash d'info, mais là on se déconnecte et ce n'est pas une solution viable.

C'est vrai que la beauté de la région permet de compenser tout ça, ainsi que le bon vin (ici on adoooore les cuvées Flaugergues, plutôt). Pour ce qui est de la joie des pitizenfants devant les joujoux, euh, là je suis plus dubitatif ! Il m'en faudrait davantage pour me rendre le sourire. Des enfants, oui, pourquoi pas. mais dans des jeux et activités sains et réels, pas dans un tourbillon commercial artificiel...

Enfin je suis en train d'enfoncer des portes ouvertes, là. Merci en tout cas pour ton commentaire, il m'a fait plaisir.

Écrit par : Lancelot | 22/11/2007

Comme je te comprends ! Et dire que je regardais avec jalousie ton weather pixie...
Et comme je partage ton avais sur les fêtes de noël. M'en tape, m'en balance, j'aime pas, ça me saoule, ça me gave.
Cettre frénésie de consommation. Pas d'enfants autour de moi pour retrouver cette joie de Noël que j'avais quand j'étais petit.
Bon allez, faut que je file où je vais arriver à la bourre à mon premier conseil de classe de l'année.
Une bise à toi et à ton meurisier platane.

Écrit par : anydris | 22/11/2007

@ Any : tiens, pour te remonter le moral, il se plante encore, le petit Pixy aujourd'hui. Il a mis un pantalon long (quand même ! ) mais il a gardé son tee-shirt sous un beau soleil, ET IL FAIT PAS SOLEIL, IL FAIT GRIS GRIS GRIS RAAAAA !!!!!
Va vraiment falloir se cotiser pour leur acheter un nouveau satellite, à la compagnie des Pixies... ils déraillent grave....

Écrit par : Lancelot | 22/11/2007

Oui et il pleut to-day ici, sans doute chez toi aussi ?

Ce spleen automnal est facile à combattre : va t'acheter un éclair au chocolat, un nouveau DVD avec Jude Law ou tombe amoureux. Ou alors serre les dents jusqu'au prochain débâchage de la piscine.

Écrit par : panama | 22/11/2007

@ Pan' : oui, cet après midi, ça a été le déluge ici...

Pour ce qui est des remèdes proposés au spleen automnal : les éclairs ça fait grossir et en le bouffant je me sentirais grosse vache (en plus j'aime pas ce style de gâteau-là...), Jude Law et les DVD, ça peut marcher une soirée si le film est bon mais ça ne se prolongera pas au-delà. Amoureux je le suis déjà (et je ne parle pas des 'amourettes' d'une semaine, bien évidemment). Bon, pour finir, la solution la meilleure est encore de serrer les dents jusqu'en mai. Mais en attendant, comment je fais pour manger et parler ? (et le reste...?)

Écrit par : Lancelot | 22/11/2007

Les commentaires sont fermés.