Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/01/2008

To blog or not to blog

Pas trop souvent quand même, mais régulièrement, je me pose des questions métaphysiques sur le « fait de bloguer » :

Le « Blogging » ? ah non putain que c’est laid ça…

Le « Blogage » ? za fait « blocage » en Halsacien

La « Blog-mania » ? ça, ça fait asile de fous, non non non

Bon bref « l’habitude consistant à écrire ses pensées dans un espace personnel consultable par tous sur internet » voilà c’est un peu long mais ça n’a aucune connotation, ça.

Donc, on a beau dire qu’on « n’écrit que pour soi, pas pour les autres », qu’on « s’en fiche des statistiques » et que « peu importe ce que les autres pensent », moi en ce qui me concerne, ces axiomes-là sont faux.

Sauf un. C’est vrai que je m’en fiche des statistiques. Je ne les consulte jamais. Je m'en fous que mon blog soit lu par 5 personnes ou par 200. Quand j’ouvre ma page d’accueil,  je jette quelquefois un coup d’œil au compteur, mais il indique toujours un chiffre que j’ai du mal à intégrer. Je serais INCAPABLE  de dire combien de gens étaient passés me lire le mois dernier, ou en novembre, ou si la lecture a fortement augmenté tel ou tel jour à cause de tel ou telle note. Mon cerveau n’arrive pas à imprimer ces informations-là.

Par contre, il y a une chose dont je ne me fiche pas du tout, ce sont les commentaires des copains. C’est comme d’avoir un message sur le répondeur, ou d’ouvrir une lettre sortie de la boîte « Aaah qui ça va être ? » « Qu’est-ce qu’il pense de ce que j’ai écrit ? » « Est-ce qu’il est d’accord ou pas ? » etc etc etc. Ca j’adore.

Ce que j’aime encore plus, c’est lorsqu’un sujet prête à controverse, lorsque des « mini-débats » ont lieu dans l’espace des commentaires à une note. Ca aussi c’est super-sympa.

Donc, pour être tout à fait honnête, j’ai eu un petit 'coup de blues’ récemment (en début d’année, période classique de remise en question)  en visitant les blogs des uns et des autres et en consultant les listes de vœux.

C’est bien le moment et l’occasion rêvée pour dire à quelqu’un qu’on l’aime bien, non ? Et là j’ai été déçu par certains, qui ne sont plus revenus « boire un coup à la maison » depuis des lustres.

Bon, entendons-nous bien : je SAIS que laisser un commentaire sur un blog n’est pas une obligation. Il faut le faire par envie et non par devoir. Mais lorsqu’on visite le blog d’un copain, est-ce que ce n’est pas gentil quand même d’y laisser une petite trace, au moins, disons, une fois sur trois, par gentillesse ? Tout comme on fait un sourire à quelqu’un qu’on connaît en traversant la rue ?

Suite à cette triste constatation, je me suis dit : « Prends-toi en main coco. Pars du principe que les gens ne commentent QUE ce qui les intéresse, donc si certains ne commentent pas ce que tu écris, c’est parce que ça ne les intéresse pas. ». Je veux bien ! J’admets. Je suis pas Victor Hugo, je suis pas Brett Easton Ellis. On aurait plus envie de dire des choses à Paul Auster, ou à Michel Tremblay, qu’à moi. Normal.

Mais je ne peux pas m’empêcher de faire ma grognasse jalouse (je veux bien employer ce mot, même s’il ne me paraît pas rigoureusement exact ici) quand je vois par moments les conneries sans intérêt que les gens laissent dans des listes de commentaires, chez d’autres.  Quitte à écrire des conneries, pourquoi ne pas en écrire partout, y compris chez moi … ? (enfin merde !!!) Je ne suis pas affamé de lire des bêtises, mais bon, ça me montrerait au moins qu’on est passé ici et qu’on a pensé à moi.

J’en étais là de mes tristes pensées lorsqu’hier j’ai eu la surprise de ma vie (ma "vie de blogueur", n’exagérons rien tout de même…). En surfant de blog en blog, je suis tombé par hasard sur celui d’un mec qui m’a AJOUTE dans la liste des blogs qu’il lit régulièrement ! Et, il n’a JAMAIS laissé de commentaire ici, ni moi chez lui d’ailleurs.

Ce qui donc remet tout en question.

Ca sous-entend que peut-être certaines personnes passent ici, lisent et s’en vont sans rien dire. Ca se conçoit s’ils passent par hasard, ne trouvent pas leur bonheur, et repartent en haussant les épaules. Mais, pour qu’un mec (dont je tais volontairement le nom d’ailleurs) m’ait ajouté dans sa liste (et peut-être que d’autres aussi l’ont fait.. ? qui sait… ?) ça veut bien dire qu’il vient régulièrement non … ? Donc que ça l’intéresse, non ? Et tout ça sans JAMAIS commenter… ? AH BON….

Tout ça est lié au principe du blog, et il faut en admettre les « lois », mais ça me plonge dans des abîmes de perplexité…. Chacun prend son bonheur où il le trouve, bien sûr. Quand j’ai ouvert un blog, un de mes objectifs (inconscients au départ, mais ça s’est imposé avec force par la suite) c’était de me faire de nouveaux amis. Ca a marché, pour plein de personnes, et je n’ai pas à me plaindre. Depuis août j’ai bloggué, correspondu par mail, parlé au téléphone, sur MSN, et j’ai même RENCONTRE (tout récemment, cocorico) plein de gens gentils et adorables, et j’espère bien que je les garderai encore longtemps dans mes contacts. Mais SI il y en a d’autres, pourquoi ne se manifestent-ils pas… ?

Je crois que ça tient à mon caractère : si je lis des choses qui m’intéressent et me font réagir chez quelqu’un, je ne sais pas me retenir d’ouvrir mon grand clapet ('clavier' en l’occurrence ! ). Il me faut donc admettre qu’il existe des petits farfadets, qui arrivent regardent lisent écoutent sourient, et… frrrttt s’enfuient aussitôt.

Bon, en tout cas, bisous à vous les petites souris silencieuses et discrètes, qui que vous soyez, je vous aime quand même…. !

856dc62fc0103c38fb789d614636dfa8.jpg

18:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : blog, bloggueurs

Commentaires

Tout d'abord, c'est une évidence, ce n'est pas le nombre de commentaires qui fait la valeur d'une note, ni d'un blog.

Ensuite il m'arrive parfois de rester "en admiration" devant certaines notes et, ne trouvant pas toujours quels mots employer, de m'abstenir de commenter. Certains lecteurs restent silencieux, c'est leur droit (et c'est l'jeux, ma pov' Lucette). Moi même j'ai mis très longtemps avant de laisser mon tout premier commentaire, alors je lisais des blogs assiduement depuis plusieurs moi.

Je ne crois pas qu'il soit important d'établir des "règles de fréquence", dans ce cas, le commentaire perd sa spontanéité, il perd tout son sens quand le lecteur se force à commenter. Parfois, comme tu le dis, il est frustrant de voir que des conneries suscitent plus de réactions que des choses qui paraissent réellement importantes à nos yeux (j'en sais quelque chose avec mon billet sur Dr Quinn :-D). C'est finalement la règle : on ne sait pas quel est l'impact réel de ce que l'on écrit sur les gens qui nous lisent.

Le principal c'est de voir qu'il y a une réaction, de sentir au moins un eccho à ce que l'on raconte. Il a certaines notes qui comptent plus que d'autres, c'est la même chose pour les commentaires, alors je trouve qu'il n'est pas forcément utile de les compter.

(et je clique rapidement sur envoyer avant de ne plus être d'accord avec ce que je viens de dire dans ce commentaire...)

Écrit par : Joss | 16/01/2008

@ Joss : En tout cas c'est un bien joli commentaire que tu viens de me laisser là, Titom...
En écrivant cete note-ci, j'avais justement repensé à toi qui avais avoué avoir hésité très longtemps avant de laisser ton premier commentaire chez un autre, c'est exact. Je m'en souviens très bien.
Et, pour ce qui est de ta note sur Docteur Quinn, moi j'avais laissé un commentaire TRES CULTUREL, ah mais !

Écrit par : lancelot | 16/01/2008

Hello !
Je rejoins Joss sur ce coup là...
Je lis beaucoup de blogs, j'adore ça et des fois je me dis qu'il faudrait vraiment que je me désintoxe... Mais il est vrai que je ne commente pas beaucoup, ce qui ne veut pas dire que je ne lis pas les notes...
Des fois, comme tout le monde, je n'ai pas le temps de commenter, des fois, je n'ai pas forcemment quelque chose à dire... c'est vrai que comme toi je suis ahuri de voir le nmbre de commentaires que suscitent les billets des uns et des autres...
Quand je reçois un commentaire, je ne le cache pas, je suis content, mais pour moi, bloguer est avant tout une histoire entre moi et moi quand j'écris et le plaisir de rentrer dans la vie des gens quand je lis...
Pourquoi tu n'installerais pas une bloglog pour voir qui est venu chez toi ??

Écrit par : anydris | 17/01/2008

@ Any : Installer un bloglog, c'est une (assez) bonne idée. Même si je préfère qu'on vienne pour dire quelque chose que pour ne rien dire (je sais, je suis chiant...). Ceci dit, je ne l'ai pas encore fait parce qu'à chaque fois que je dois installer un nouveau truc ici, je trouve que c'est la croix et la bannière -vu mes talents en informatique...

Écrit par : lancelot | 17/01/2008

Des fois j'ai plus l'inspiration pour lire que pour commenter... des fois les posts sont très personnels et n'appellent pas forcément à commentaires, un peu comme une porte que l'on referme doucement pour ne pas déranger l'enfant que l'on pourrait surprendre en train de lire sous sa couverture... mais toujours, toujours, je passe et j'aime lire, savoir où "mes" écrivains en sont, ce qu'ils vivent, les épreuves ou les plaisirs qu'ils traversent, je me tiens au courant de vos vies et cela emplit un peu la mienne, cela me réchauffe. Ne pas commenter n'est pas un signe d'ignorance.
Par contre, c'est vrai qu'il est facile de passer sur un blog, de vérifier où en est l'auteur et ce qui lui advient et de repartir discrètement en ayant l'impression d'avoir discuté avec lui, alors qu'en fait, c'est le vide qui lui répond, ce qui peut être douloureux...
Voilà, j'ai commenté et je te promets d'être plus constant ;o)
biz biz à toi et à Tinours

Écrit par : l'Elephant | 17/01/2008

Mais arrêtez tout ce bla-bla ! Ce qu'il veut, c'est qu'on dise QU'ON L'AIME !

Mais OUI mon Lanlan, on t'aime ! Il faut juste que tu acceptes que ce n'est pas parce qu'on ne ne te le dit pas tous les jours que ce n'est pas vrai.

D'ailleurs, tu sais bien que je t'aime moi. Je n'arrête pas de te le dire.

Mais te fais pas ta jalouse (rapport au nombre de commentaire laissés sur le blog de celui que tu as rencontré) : ça rend laid la jalousie. Et moi je veux continuer à t'aimer tel que tu es.

Écrit par : panama | 17/01/2008

@ l'Elephant : Merci mon grand. Mais en tout cas, ma critique, si "critique" il y a , ne s'adressait certainement pas à toi ! Tu es un des plus constants ici dans tes commentaires !
Pour tout dire, en fait, ceux qui sont concernés ne viendront pas lire cette note, vu que ça fait des lustres qu'ils n'ont plus mis les pieds ici... alors, ne vous sentez pas visés, vous tous. Vous êtes mimis tout plein.

@ Pan : tu as raison... en partie... Bien sûr que j'aime qu'on m' aime... Tu connais des gens (blogueurs ou autres) qui n'aiment pas ça toi....?
Mais je fais pas vraiment non plus "ma jalouse"... C'est difficile à expliquer... j'ai hésité à publier cette note parce que je savais qu'après coup j'aurais l'air con avec ça à la main, et puis finalement je me suis dit 'bah, tant pis' et j'ai cliqué pour publier. OUI c'est ce que je pensais, ce que je pense toujours. J'aime découvrir des gens nouveaux, et échanger avec eux.
Mais, pour finir, je me dis aussi que ce sont les meilleurs qui demeurent et qui se manifestent. Alors, le bilan est très positif, et je vous aime tous, MOI AUSSI.

Écrit par : lancelot | 17/01/2008

Les commentaires sont fermés.