Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/02/2008

L' "anglélève"

Je l’ai déjà dit et redit plusieurs fois récemment : Dieu sait si je n’aime pas récriminer et me plaindre des étudiants, comme on l’entend souvent faire, genre « Mon Dieu ils sont tous nuls… » ou « Ohlàlà que le niveau baisse… ». J’aime pas ça. Ca fait très Vieux Con et, même si j’en suis un, je n’aime pas FAIRE Vieux Con. Question de principe. Qui plus est, ce n’est pas vrai que les élèves sont tous nuls, il y en a chaque année de très brillants. Ou bien d’autres qui s’efforcent vraiment de surmonter leurs difficultés et qui parviennent à progresser.

 

L’ennui, c’est que ça n’aurait aucun intérêt que je vous parle des bons ici. Les bons, ils sont sans histoire, alors à part eux-mêmes, leurs parents et le prof, tout le monde s’en fiche de leurs performances. Non, ce qui plaît, c’est les mauvais et leurs bêtises. Les chouchous des lecteurs (ou des spectateurs), ce sont les cancres, qui mettent de l’ambiance.

 Je vous proposais l’autre jour une traduction naze en français d’un petit extrait de bac. Il existe l’autre versant du problème : les traductions nazes du français vers l’anglais.

Depuis deux ans, avec une autre copine prof, pour se détendre et déconner un peu entre les cours, on a commencé un « Best of » de ces phrases-là. Bon, entendons-nous bien. On se bidonne, mais c’est pas du mépris vis-à-vis des élèves. Même pas de l’ironie. D’ailleurs il m’est arrivé de ressortir  en classe ces « perles » aux élèves eux-mêmes qui se tordaient de rire sur leurs bancs en me disant « Mais c’est pas possible que nous on ait écrit ça !! » Eh ben si, c’est possible.

Alors pour plaisanter un peu aujourd’hui, je vous livre une version expurgée de notre liste de perles, dans l’anglais des élèves, dit « anglélève ». Le jeu, si vous le voulez bien, c’est d’essayer de comprendre ce que l’étudiant voulait dire, en français. Bon, évidemment, seuls les anglicistes pourront jouer, mais je vous assure, pas la peine d’en être un confirmé. Pour y arriver, il suffit d’essayer de traduire mot à mot. Je vous donnerai les solutions dans une note ultérieure. Qui parviendra à faire 11 traductions justes sur 11 ? C’est parti !

   1)And if not you does what this evening ?       
   Not large thing and you ?     
   2)He wants offer flowers at his good liked     
   3)They had the impression to have been made have     
   4)They this find at the interior of a station     
   5)Sense money we are at the street     
   6)She closed the door behind him and stayed coillet     
   7)Money not to do the enjoy     
   8)The binoculars towers     
   9)You fall battery !     
   10)We we are see have some day     
   11)I do this for do me a few money of pocket     
            

28/02/2008

Valérie, Nadine, Bernadette, Carla et moi

1424062998.jpg 

 

Vous vous souvenez de mes petits soucis de peintures de l’autre jour, quand je me lamentais sur le fait qu’on n’arriverait jamais à décorer notre salon exactement comme qu’on le voulait… ? Qu’il fallait déplacer le miroir qu’était au-dessus du buffet pour le transférer au-dessus du canapé, et qu’on n’arrivait pas à trouver l’image adéquate, le cadre idéalement proportionné, pour le vide laissé par le miroir sur le mur en question ? Même qu’on avait failli faire appel à Valérie Damido ?

Eh bien, depuis hier, ça y est, tout est rentré dans l’ordre, et nous allons ENFIN pouvoir inviter Nadine de377500089.jpg Rothschild dans un intérieur décent… Oufff. Reste le choix du menu et de la table, mais pour ça on demandera l’aide de Bernadette, il paraît qu’elle était très forte pour faire chier ses maîtres d’hôtel et ses jardiniers jusqu’à la dernière quand elle sévissait à l’Elysée. N’empêche qu’avec elle, ça avait sûrement du standing. Avec Carla-chérie maintenant ça doit être emballages de MacDos gluants et canettes renversées qui trainent partout au milieu de ses partitions… Bref. Reprenons le fil du discours :

1492387826.jpgLa reproduction du tableau en question, ils ont mis un temps fou à nous la faire avoir. Un vrai bordel dans leur carnet de commandes, chez ceux-là. Pour l’encadrement, heureusement, ça a été plus rapide. Séance brico hier après-midi, mesures, perceuse, chevilles, pitons, niveau, voilà le résultat.

 

 

338782137.JPG

Bienvenue chez nous.

1508787287.JPG

Venez manger quand vous voulez. Les amis sont toujours les bienvenus.

608251000.JPG

Gros bisous à tous.

 

17:58 Publié dans Décoration | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : salon, tableau, déco

27/02/2008

La centième note



Les problèmes informatiques d’hier (généralisés apparemment, d’après ce que j’ai pu lire sur les blogs des copains) semblent réglés ce soir. Et me voici arrivé à ma centième note sur ce blog ! Pour "fêter cela", je vous propose de vous faire partager un peu du plaisir de nos vacances de la semaine dernière, à travers un "diaporama" de notre petit voyage.

En fond musical, pour nous accompagner, vous pouvez cliquer sur ce lien :

Il correspond assez bien à notre état d’esprit pendant ces cinq belles journées. Sinon, vous pouvez faire l’impasse sur la musique, y aura pas mort d’homme. (2° fois que je vous  ressers Barbra… Mais la dernière fois, -à Noël- c’était un autre titre… enfin bref, faites comme vous voulez, c’est parti.) :

 

Parmi les vacances scolaires qui jalonnent l’année, celles de février et  Pâques sont celles que je préfère. Elles sont l’occasion, pour TiNours et moi, de nous retrouver à deux, nous détendre, faire ce que nous voulons, aller où bon nous semble, sans avoir à nous préoccuper d’amis (comme en été) ou de la famille (comme à Noël). Ce sont nos vacances « en égoïstes », lorsque le temps n’est pas encore assez beau pour attirer des hordes de touristes en tongues et shorts sur les routes et les sites à visiter, et lorsque l'époque n'est pas non plus un prétexte à des ripailles obligées de fin d’année, la mort du foie (les oies en savent quelque chose…).

 

 

Cette année donc, escapade dans le Quercy. Mercredi dernier, l’enfant s’annonçait très mal : ciel noir, pluie, ciel gris, humidité, ciel fer, vent froid. Bon. Pour deux mecs qui ont vécu 12 ans dans le Nord, on sait faire face. On a serré les dents et on est partis malgré tout.

 

 

502875352.JPG

Première étape ici, avec un clin d’œil à Orpheus et surtout à son Jiem. Je dois dire que j’ai saoulé TiNours en lui disant pendant toute l’heure qu’a duré notre visite de la ville que si on les croisait je reconnaîtrais Orpheus, parce que je l’ai vu en photo, mais hélas, pas de gentil blogueur à l’horizon. La ville est quand même plus grande et « moins pire » que ce que j’en imaginais (citation d’Orpheus ‘boudiou que c’est moche’ lors de sa première arrivée là-bas). Personnellement je n’aurais pas rebaptisé ça « NoFunLand » mais bon… C’est pas « HolyCountry » non plus, certes, d’autant qu’en outre la météo ne se prêtait pas à la découverte de la ville sous des ‘auspices gais’…

 

 

Le temps s’est amélioré le lendemain, ciel bleu avec quelques cumulus blancs ne masquant pas le soleil, le temps que je préfère. Ca permet toujours de faire des clichés intéressants.1686386342.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1508122390.JPG

 

Le Guide du Routard, tout en restant relativement objectif sur la région, mentionne toutes les 3 pages « l’un des plus beaux villages de France », ce qui a fini par devenir une plaisanterie entre nous. Vous connaissez le pendant, vous ? « Les plus laids villages de France » ? Evidemment aucune classification ne les mentionne, mais ils existent bel et bien. Nous en avons traversé un au retour, mais je ne citerai aucun nom pour ne vexer personne. Bref,  il faut bien reconnaître que la région foisonne de merveilles médiévales, bien restaurées, d’une coquetterie et d’un charme à en couper le souffle. Je citerai, en vrac : Castelnau de Montmirail,  Cordes, Monestiès, Lacaune. Jugez plutôt :

160177116.JPG1490593520.JPG1634461916.JPG.2.JPG1345361944.JPG628536090.JPG447088219.JPG

 

 

Nous avons fait une fois halte à midi dans un restau où un autre de mes blogueurs préférés nous a fait un petit clin d’œil amical et bienveillant :

492678254.JPG

 

 

Bien sûr, au programme il y au quelques haltes et visites d’églises romanes, assoupies dans leur majesté (‘majestueuses dans leur sommeil’… ? j’ai pas su choisir). Je suis toujours désespérément athée (même de dos on peut voir à mon ‘rictus’ que je doute, même placé ‘au pied du mur’, si je peux dire). Mais je ne boude pas, je ne suis pas intolérant, je sais trouver en moi des plaisirs esthétiques, à défaut d’élans mystiques, et j’entre, la preuve :

310328502.JPG153718437.JPG

Quelquefois on est accueilli au seuil de la Maison du Seigneur par des messages charmants, qui me rendent la religion sympathique vue sous cet angle :

1509137907.JPG

A d'autres endroits, on peut lire des messages qui mettraient en rage notre Brigitte nationale :

994624162.JPG

Ceci dit, le Clergé ne perd jamais le Nord et n'oublie pas ses petits intérêts pécuniers personnels :

 

1658243530.JPG

Ce que j'adore dans les monuments en général (et dans les églises en particulier) c'est lorsqu'on peut accéder à ce que j'appelle (à tort, mais ça m'amuse) un "cahier de doléances" sur ce que pensent les visiteurs du lieu. Il y a souvent des remarques gratinées entre deux. A Cordes, cette page m'a fait m'étouffer de rire, heureusement que le Lieu Saint était désert... TiNours, moitié gêné, moitié pouffant lui aussi, a dû me traîner dehors pour que je me calme :

1989665102.JPG.2.JPG

Ce qui me plaît pardessus tout (si vous êtes arrivé à déchiffrer, ma photo est hélas un peu floue, c'est le "Seigneur pardonnez-leur, ils ne savent pas ce qu'ils écrivent" que j'imaginais écrit par une vieille bigote aux lèvres pincées en forme de bouton de rose flétri...

 

Au fil de nos périples sur les petites routes désertes et ensoleillées du Quercy en février, nous sommes tombés sur quelques surprises amusantes. Salutations à nos "soeurs" :

423418988.JPG

 

 

Dans l’un de ces « plus beaux villages de France », nous avons aussi découvert une boîte aux lettres « atypique » et la porte d’entrée à côté, qui ne l’était pas moins. Non non, c’est pas une boîte de nuit, c’est bien chez des particuliers. Je dois dire qu’on aurait bien aimé les rencontrer mais on n’a pas osé sonner….

 

848021323.JPG267120379.JPG

 

 

Une étape qu’on a adorée parmi tant d’autres : le château de Bruniquel, où a en partie été tourné le film « Le Vieux Fusil » au printemps 1975. L’édifice est composé de 2 châteaux, (l’un édifié au 12°, l’autre au 13° siècle). Le scènes tournées pour le film sont essentiellement des scènes d’extérieur.

1804784118.JPG

Le puits à côté du donjon est seulement un décor de cinéma, bâti au ras du sol pour les besoins du tournage.

455990186.JPG

Le miroir sans tain, célèbre et essentiel élément du film, n’existe pas dans le château. Les scènes où il apparaît ont été tournées en studio. Il n’y a pas non plus de souterrains, ceux que l’on a utilisés lors du tournage sont ceux  du château de Bonaguil dans le Lot et Garonne.

Il existe bien sûr une pièce où l’on a accrochées des clichés du tournage. Personnellement j’ai fait l’impasse sur Philippe Noiret et Romy Schneider, on peut voir leurs photos partout, même s’ils sont morts tous deux aujourd’hui. En revanche, j’ai zoomé sur un cliché d’un des machinistes inconnus de l’époque (ce n’est pas Robert Enrico non plus), dont je trouvais la musculature intéressante (« Mouarf ! » comme dirait Any…).

642642458.JPG

 

 

A mentionner aussi dans notre petite virée, le très beau château de la Cayla, où a vécu Maurice de Guérin, écrivain et homme de lettres né en 1810, dont la vie fut très courte. Il est mort de la tuberculose à l’âge de 29 ans. Je n’avais jamais entendu parler de lui avant. Une anecdote que nous a racontée le guide à son sujet m’a beaucoup intéressé : à la fin de sa vie il vivait à Paris dans sa belle-famille et il émis le vœu de revenir sur la terre de ses origines pour y finir ses derniers jours. Sa femme et ses beaux parents s’y sont opposés, et il lui a fallu un courage et une détermination extraordinaires, dans l’état d’affaiblissement où il se trouvait, pour braver leur refus et repartir vers là où son cœur le poussait malgré tout. Il a bien failli mourir en route d’ailleurs, lors d’une étape à Bordeaux, mais finalement il a pu rendre son dernier soupir dans sa maison, au cœur de la campagne qu’il avait chérie toute sa vie. Je trouve cela assez émouvant.

2079480436.JPG

 

 

Le dernier soir j’ai pris quelques clichés nocturnes d’Albi et de sa célèbre cathédrale. La nuit tombante donne un côté romantique aux couleurs, c’est pour cela que je les ai gardées.

1100944165.JPG104819189.JPG.2.JPG187332619.JPG

 

 

A l’instar de Maurice de Guérin, nous sommes aussi rentrés à la maison depuis dimanche, non pas pour  y rendre notre dernier soupir, mais TiNours devait reprendre le boulot, et moi m’atteler à mes douze mille paquets de copies. Le bureau, les copies : un autre genre de tuberculose des temps modernes… D’autant que la météo d’hier et avant-hier incitait aussi à la mélancolie : gris pisse et crachin (exactement la même rebelote qu’à la deuxième semaine des vacances de Noêl). Plus d’excuses pour ne pas travailler… !

177590896.JPG

21:41 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : quercy, vacances, religion