Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/03/2008

Pain, Bonjour, et Courtoisie

1807456632.jpg

Lorsque j’étais étudiant, j’ai bossé un temps dans un restaurant où je faisais la plonge et où, certains soirs, j’aidais à servir au bar. Curieusement, je préférais de loin couverts gras et plats brûlés aux contacts et conversations avec les clients. Ce qui me dérangeait au comptoir, c’était que les gens partent du principe que ton temps, ton oreille, ta ‘disponibilité’ en un mot, sont à eux. Qui plus est, mon jeune âge à l’époque me condamnait au rôle du candide qui n’a rien à dire et qui n’est là que pour hocher la tête et acquiescer bêtement, comme les chiens en plastique sur la plage arrière des voitures. Et j’ai dû écouter, des soirées entières, (lorsqu’il n’y avait hélas pas assez de monde pour que je puisse prétexter de mon travail ailleurs pour m’enfuir) des confidences d’épouse délaissée, des cours de géopolitique péremptoires, des conseils pour réussir dans la vie… Pour ne pas craquer j’enclenchais mon pilote automatique : « oui… ah, oui en effet… c’est vrai ?... oui c’est sûr…ah, vous croyez ?  » en pensant à tout autre chose….

 

 

 Mais, quand on travaille dans un commerce, avec contact quotidien avec la clientèle, c’est vrai qu’il y a un minimum vital. Je m’en rends compte aujourd’hui, avec quelques années de recul, puisque je reste maintenant « de l’autre côté » du comptoir. Je ne fréquente pas les bars (sauf de façon ponctuelle lorsqu’il faut y aller pour payer la note du repas dans une brasserie) mais je continue à aller acheter les basiques : le journal et le pain. En moyenne, deux à trois fois par semaine.

 

 

Le boulanger de notre village fait un pain absolument délicieux et sublime. Ce n’est pas du chauvinisme de ma part, car tous nos invités le403116155.2.jpg disent. A un point tel que lorsque ma sœur et mon beau-frère viennent nous rendre visite, on leur achète toujours deux ou trois baguettes supplémentaires pour qu’ils puissent les remporter. Le pain aux céréales notamment. Parmi nos préférés il y a le « Campagrain » et la « Granette ». D’ailleurs le week-end, il vaut mieux oublier la grasse matinée, et se dépêcher d’aller en acheter avant 10h sinon aucune chance d’en avoir, c’est dévalisé en un clin d'oeil.

 

 

Heureusement, donc, leurs produits sont délicieux. Parce qu’alors le seul problème, c’est la boulangère. On ne peut pas dire qu’elle soit méchante ou désagréable, non… Mais c’est une nana de 28-30 ans environ, qui donne une impression de se faire chier, mais chier là où elle est, que je ne vous dis que ça…. Par moments elle me ferait presque de la peine…

829574055.jpgLundi : « Bonjour » « Bonjour… » « Je voudrais un Campagrain s’il vous plaît » « Alors, un euro s’il vous plaît… » « Au revoir… »

Jeudi : « Bonjour, vous allez bien ? » « Bonjour, oui… » « Je voudrais deux granettes s’il vous plait » « Alors, deux euros s’il vous plaît »

Dimanche : « Bonjour, quel beau temps hein ? » « Bonjour, oui… » « Je voudrais un campagrain s’il vous plaît, ils sont toujours aussi bons » « Alors, un euro s’il vous plaît… »

Elle me déprime, elle me déprime… Heureusement que le pain est bon sinon j’irais tout droit l’acheter au supermarché avec le même résultat au niveau humain…

 

 

L’an dernier, comme la farine a augmenté, le prix du pain a suivi. TiNours s‘est esclaffé : « Tu vas être content, elle sera obligée de changer sa réplique ! Maintenant ce sera « Alors un euro CINQ s’il vous plaît… » YESSSSS !!! Pour peu, on se serait réjoui de l’augmentation du prix !

 

 

Il y a des fois où j’ai envie d’essayer : « Bonjour, je voudrais une andouille de Vire s’il vous plaît », « Bonjour, je voudrais une clé à molette, s’il vous plaît », « Bonjour, j’ai envie d’une turlute, s’il vous plaît »… Peut-être que, emportée par ses automatismes, elle me répondra encore, de sa voix d’outre-tombe : « Alors, un euro cinq s’il vous plaît… »

 

 

Bon, tout ça pour dire que : je comprends très bien que les conversations sur le temps qu’il fait ou le temps qui passe, ça la gonfle si elle est là 12 heures par jour. Mais une boulangerie, ce n’est pas comme un bar : il y a un va et vient incessant et elle a donc peu de chances de se faire agripper des heures (comme moi lorsque je faisais le barman) par des Mamies à Caniche ou des Gamins à Bonbons pour écouter leurs impressions sur l’intervention américaine en Iraq ou la dernière cagade pondue par notre président adoré…

 

 

Un tout petit peu de convivialité, d’humanité, ça fait du bien quand le quotidien boude, non … ?

 

Commentaires

Ton problème, c'est que tu veux le pain, l'argent du pain et le cul du boulanger... mais ça n'existe pas dans la vraie vie, ou rarement. Au moins, tu as le bon pain. Nous, dans notre petit village, on aurait aimé, mais c'est pas de bol, le très très bon pain, c'est dans le village d'à côté qu'on le trouve, il faut prendre la voiture et tout et tout, alors on se rabat le plus souvent sur la superette Champion d'à côté, où il n'est finalement pas si mal, et où le personnel, notamment le jeune gars qui s'occupe de la boulange, est toujours souriant, serviable, on y est presque en famille. C'est une vocation, le commerce ?

Écrit par : Oh!91 alias entre2eaux | 16/03/2008

Oui... le contact ca s'apprend, et au pire on se force pour "vendre" et plaire.

Heureusement, je ne suis pas face aux usagers, ou très rarement, dans mon activité professionnelle estivale :)

Le commentaire, c'est 1 € 05 aussi ?

Écrit par : Damien | 16/03/2008

Moi, j'aurais un commerce juste pour ça, pour bavarder sans conséquences... il y a longtemps, j'étais serveuse dans un bistrot de quartier et j'adorais ça, ces conversations inutiles mais qui nourrissaient plus tard mes sketchs auprès des copains.
Pour le pain c'est moi qui le fait, mais le journal je ne l'achète jamais à côté de chez moi parce que la buraliste fait TOUJOURS la gueule et ça me déprime.

Écrit par : Valérie de Haute Savoie | 16/03/2008

si on regarde bien, on retrouve ce phénomène à tous les échelons des métiers de services ou de conseil... j'ai par exemple en horreur les serveurs des brasseries parissiennes. tout le monde trouve tellement typique leur côté pas aimable. Ben moi j'aime pas... comme le taxi qui a refusé de me prendre samedi sous prétexte que je n'allais pas dans sa direction et qui m'a insulté quand je lui ai demandé son matricule en lui signifiant que si sa lumière était allumée, il ne pouvait pas refuser de prendre un client....

Écrit par : L'Elephant | 17/03/2008

Doit-on voir là dedans un changement dans notre société: le client n'est plus roi, simple consommateur? Le commerçant reste souverain en son royaume, et on n'a qu'à aller se faire voir si on est pas content?? Arf... Faut voir le bon côté: le pain est bon chez ton boulanger !! miam miam!!

Écrit par : Andesmas | 18/03/2008

Oui eh bien moi il y a vraiment des jours où je n'ai pas envie de déserrer les machoires. Alors mon ultime effort c'est de dire bonjour et merci.

Elle s'en fout la boulangère. A chaque fois qu'elle te vend une baguette, elle se dit "encore 80 centimes de bénéf pour ma pomme pour m'acheter ma prochaine bagouze avec un gros diam's "

Etre humain? T'as pas vu "je suis une légende" avec Will Smith ?

Écrit par : Panama | 18/03/2008

@ Oh!91 : "le jeune gars qui s'occupe de la boulange, est toujours souriant, serviable, on y est presque en famille"... je suis sûr que tu accepterais de sacrifier le pain et l'argent du pain pour explorer la troisième option dont tu parles, bien au chaud dans le fournil avec lui... Faut savoir resserrer les liens familiaux, pas vrai... ;-))

@ Damien : La consultation sur "les décalages de personnalité linguistiques" c'est payant. Le commentaire ici, c'est gratuit. Enfin pour en laisser en tout cas ! C'est peut-être moi qui devrais les payer, les 'commentateurs'...? j'aime tellement papoter ici avec les amis inter-blogs....

@ Valérie : C'est vrai que les conversations avec piliers de bar peuvent être amusantes aussi. mais, dans mon cas, c'était une fois sur 20, j'y retrouvais pas mon compte... !

Tu fais toi-même ton pain ? hum ! j'aimerais pouvoir goûter pour comparer ! Et si ta buraliste fait toujours la gueule, j'ai une idée pour toi : écris aussi toi-même la gazette de ton village, et ouvre ton propre bureau de tabac, je suis sûr que ça marchera très fort, mignonne comme t'es !

@ l'Elephant : ah non vraiment, où va le monde, plus aucun respect de rien. J'imagine d'ici la conversation :
"Ca suffit comme ça, donnez-moi votre matricule...!"
"Casse-toi, sale con !"
:-))

@ Andesmas : Bah, c'est vrai que la boulangerie de notre village assure l'essentiel, au fond. A choisir, je préfère évidemment un pain excellent servi par une femme qui fait la gueule plutôt qu'un truc immangeable assorti d'un grand sourire et de phrases amènes... Faut savoir faire la part des choses...

@ Pan' : Mais je le sais très bien, qu'elle s'en fout, de moi de mon bonjour et de ma vie, la boulangère. C'est pas ça que je lui reproche. C'est la forme. En tant que commerçante, elle devrait faire un petit effort de présentation. Sourire, énoncer deux ou trois banalités. COMMUNIQUER quoi... Même pas tous les jours ! Bien sûr, que comme toi, ou moi, elle a ses humeurs, elle a ses ragnagnas (ah non, ça, nous on n'a pas...) Mais un petit mot gentil, de temps en temps ! Depuis trois ans je l'entends prononcer exactement les mêmes phrases, à la virgule près. A croire qu'on a affaire à un mannequin dont on a remonté la clé...

'Je suis une Légende' : oui j'ai vu le film. Je vois pas le rapport, Will Smith il n'achète jamais de baguette dans l'histoire (il aurait du mal, vu sa situation...). Par contre, la scène où il fait sa gym matinale torse nu... hmmmm... 'Miam miam' comme dirait Andesmas... Grand moment de silence religieux dans la rangée des pédés....

Écrit par : lancelot | 18/03/2008

attention à ne pas sous-estimer la mamie à Caniche !

un peu sur le même sujet j'avais écrit ça http://quedireoufaire.hautetfort.com/archive/2007/02/28/partie-sans-un-mot.html

Écrit par : Joss | 18/03/2008

@ Joss : LOL, oui en effet, après relecture, je me souviens de cette note marrante que tu avais écrite. Il est possible qu'elle m'ait influencé inconsciemment quand j'ai écrit la mienne ici... Mais le seul truc, avec la boulangère de mon village, c'est qu'on NE PEUT PAS dire qu'elle est 'méchante' ! Dans ta classification, toi tu avais trouvé 'la magique', 'la marrante' et 'la méchante'. Pour la mienne, la seule expression que je puisse trouver c'est "La Boulangère 'J'm'emmerde' " Aucune autre idée....

Les Mamies à Caniches, ah oui, une autre race redoutable, celles-là... Faudra qu'on ponde un note sur elles aussi. Préviens-moi, si tu le prévois de le faire ! Je plancherai de mon côté et on publiera simultanément, pour ne pas s'influencer.. LOL

Écrit par : lancelot | 19/03/2008

Alors là, je suis obligée de sortir du silence et de commenter. Le sourire et l'accueil, c'est mon métier. De merde. Oui, de merde, mais les clients, même les pénibles, sont ma seule motivation. J'aime le contact, et même lorsque je me fais insulter (oui, ça arrive), je garde le sourire, je me dis que je suis au dessus de ça, même si le job est ennuyeux parfois, répétitif et tout et tout, je le rend spécial à ma façon, en faisant du client LE client, et non un client parmis tant d'autres.
Je peux comprendre le ras le bol de ta boulangère, mais un petit effort de sa part changerait la donne, pour toi comme pour elle. Glisse lui ça de ma part, la prochaine fois ;-)
Voilà. Désolée de cette intervention inutile et sûrement de trop mais je n'ai pas pu m'en empêcher.
Salutations distinguées, au passage, Monsieur Le Chevalier ;-)

Écrit par : M. | 19/03/2008

@ M : Merci Ma Mignonne : pardonne cette petite familiarité, mais c'était pour coller à ton initiale. Tu seras toujours la bienvenue sur ce blog, et jamais 'de trop'. Par contre, "Monsieur le Chevalier" c'est un peu trop cérémonieux à mon goût !
Eh bien, viens le lui glisser toi-même, le 'petit mot', à ma boulangère ! Je l'ai revue ce matin, et le dialogue reste toujours désespérément le même... Ou alors, mieux, viens vendre le pain à sa place ! Je suis sûr que tu auras bien plus de succès !
Bisous

Écrit par : lancelot | 20/03/2008

Tiens comme ça en passant : mon record absolu : 2,90 € un restaurant trop cuit dans une mauvaise boulangerie de Cannes.
Elle peut sourire tant qu'elle veut la boulngère, ça fera pas plus passer l'adition.

Écrit par : Panama | 21/03/2008

Oh!91, tu transformes, Lancelot parlait plutôt du cul de la boulangère, pour le coup ...
J'ai bien ri, en tout cas, tu devrais essayer le coup de la turlute, juste pour voir !
Je ne comprends pas non plus pourquoi elle ne met pas un peu de fantaisie dans sa journée.
Quand j'étais hôtesse de l'air, les moments qui me gonflaient le plus étaient ceux de l'embarquement et du débarquement où on annonnait 87 fois comme des poupées barbie (quand le vol était plein) "good morning, welcome onboard" ou "by bye, have a nice day / evening" ....

Écrit par : Fiso | 23/03/2008

Les commentaires sont fermés.