Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/04/2008

Cuvée de décembre, Beaumec de Venise, Homophile

16 avril

Mes  parents nous avaient servi avant-hier en apéro une merveille gouleyante, un mélange de liqueur de coing, de cannelle et de muscade. Un truc qui s’appelle ‘Cuvée de Décembre’. Je détaille l’étiquette, très intéressé. « Aaah, ils produisent ça dans un village qui s’appelle Jonquières. C’est à une vingtaine de kilomètres d’ici. On ira voir demain pour en racheter. L’adresse n’est pas indiquée, mais dans un petit village ça doit se trouver facilement ».

 

1127720655.JPG

Cet après midi, après avoir visité Beaumes de Venise et le massif montagneux des Dentelles de Montmirail, toujours aussi magnifique (on n’y était pas revenus depuis l’été 2001, tout de même…) on a décidé de faire un tour à Jonquières pour enquêter sur l’apéro  en question. « Enquêter » est bien le mot. Comme on n’avait pas l’adresse ni le nom de la distillerie (ils ne l’avaient pas écrit sur l’étiquette, ces ânes…) on s’est lancés un peu à l’aveuglette dans le village. Après avoir inspecté les devantures de magasins, je me suis décidé à interroger les gens :

Essai numéro un : Un barman assez beau gosse qui lisait son journal au comptoir.

‘Pardon Monsieur, est-ce que vous connaîtriez à Jonquières une distillerie qui vend du vin d’apéritif ?

(Mimique ahurie, coins de la bouche rabaissés, sourcils relevés, tête secouée)

‘Euh, c’est peut-être dans une cave qui vend habituellement du vin de table et qui fait cela en plus ?’

(Mimique ahurie, coins de la bouche rabaissés, sourcils relevés, tête secouée)

‘Il n’y a pas de cave à vin dans le village ou aux alentours ?’

(Mimique ahurie, coins de la bouche rabaissés, sourcils relevés, tête secouée)

Bon, j’ai pas insisté et je suis ressorti. Je dois préciser qu’à Jonquières, on a vu par la suite qu’il y avait au moins quatre négociants en vin. Mais le mongolisme, c’est terrible, ça frappe partout, même les bogosses. 

Essai numéro deux : deux papys sur le pas de leur porte, dont un en fauteuil roulant.

‘Pardon messieurs est-ce que dans le village vous connaîtriez blabla blabla blabla blabla..’

‘Comment ?’

‘Il s’agit d’un vin apéritif à base de coings et d’herbes’

‘Des herbes ? Des plantes ??’

‘Euh ben oui’

‘Oui oui ! Reprenez la route tournez à gauche ici au feu et suivrez tout droit, vous verrez, c’est sur votre droite au bout d’un kilomètre’

Ravis, TiNours et moi on retourne à la voiture et on fonce… pour découvrir qu’au bout de la route qu’ils nous avaient indiquée, il y avait un Jardiland… Je commençais à rouspéter en disant qu’ils avaient fait exprès de nous envoyer n’importe où, quand TiNours m’a regardé, l’œil illuminé : « Mais non j’ai compris ! Tu as parlé de plantes, et comme ils n’avaient rien capté, ils t’ont envoyé dans un endroit où l’on achète des PLANTES’

(…….)

 

 

1815152800.jpgTroisième essai : en sortant du village, TiNours et moi on s’arrête chez un négociant en vins et on lui demande si lui en fabrique, de ce fameux élixir. Ce n’était pas le cas, mais après qu’on lui ait expliqué ce qu’on cherchait il nous dit : « Je pense que le seul endroit où vous pourriez trouver ça c’est chez Rigot. Le seul problème c’est qu’ils ne sont pas toujours ouverts. » Mais, très aimablement, il nous indique la route. On le remercie et on fonce. Ce n’était pas la porte à côté. Une ferme isolée sur le bord de la route. Et, en arrivant, on voit un grand panneau ‘Marché de Noël. Mardi 18 décembre’. Apparemment entretemps ils ont été enlevés par des Martiens, ou bien emportés par une épidémie de fièvre espagnole. Tout était désert. On a regardé à travers les vitres. Il y avait certes une cave avec des bouteilles (on était cependant trop loin pour voir s’il y avait celle qu’on recherchait), des guirlandes et des boules de Noël, il manquait plus que le sapin et la crèche ! Mais tout était fermé. Figé depuis 6 mois, comme dans un mauvais film d’anticipation du dimanche après-midi sur M6. On est donc repartis bredouilles…

Bon, comme je ne m’avoue jamais vaincu, j’ai fait une recherche sur les Pages Jaunes en rentrant, et je crois avoir trouvé un truc. Bien sûr, personne au téléphone quand j’ai tenté de composer le numéro, mais je ré-essaierai demain. Ah mais ! On y aura droit, à notre Cuvée de Décembre… Ou bien, s’ils n’en font plus, on tentera celle d’Avril. Voire de Mars. Trop bonne, leur liqueur...

 

 

Vous saviez que les lapsus ça peut se faire sur clavier, vous ? J’ai fait cette découverte révolutionnaire il y a quelques minutes. Je croyais1542194927.jpg avoir tapé ‘Beaumes de Venise’ et en me relisant j’ai vu que j’avais écrit « Beaumec de Venise ». Stupéfaction, éclat de rire. Vérification : il ne peut s’agir d’une erreur de frappe, le « C » est situé bien en dessous du « S » sur le clavier, et décalé vers la droite. Je pense que c’est parce que mes doigts ont l’habitude de taper ‘beau meC’. Ce que c’est que d’avoir des déformations professionnelles….

 

 

 

 

 

1150203632.jpgCe qui me servira de transition habile pour aborder la question suivante : hier soir tard, on zappe par hasard sur l’émission de Ondelate sur les crimes et mystères non élucidés, et on tombe sur cette histoire du conseiller municipal FN qui avait été tué (ou pas ? était-ce un accident ?) en 1995 à Toulon. Plusieurs pistes possibles : accident, ou assassinat, et dans le 2° cas, était-ce un règlement de comptes politique, ou bien un crime crapuleux car le monsieur en question aimait bien les hommes, et fréquentait des milieux gay… en perquisitionnant chez lui ils avaient trouvé toute une collection de revues de cul homo. Dans son parcours, ce mec était passé d’abord au séminaire, puis à la légion, avant de se lancer dans la politique. Interview de sa sœur, dont il était très proche : « Homosexuel ??? Ah non pas du tout. Mon frère était vieux garçon. Nuance. En fait, moi je le définirais plutôt par un autre terme : « Homophile ». Le contraire d’homophobe. Homophobe, c’est celui qui n’aime pas le genre auquel il appartient. ( …?... ) Homophile c’est le contraire. Mon frère aimait la camaraderie virile, les contacts entre hommes, il aimait vivre entre hommes. C’est ça être « homophile ». Il valait mieux pour lui, vous savez ! Comment aurait-il pu supporter le séminaire, ou la légion, lieux exclusivement masculins, sans être homophile ? Voilà. C’est cela, il était homophile, mon frère. »

Ah qu’en termes galants… Quoique... Moi, "homophile" ça éveillerait plutôt en moi d'affreuses images de maladies du sang, mais bon....

 

 

Commentaires

Homophilie ? Oh!91 (Mimique ahurie, coins de la bouche rabaissés, sourcils relevés, tête secouée) : "heureusement qu'au milieu de tout, euh!... de rien, y'a quand-même la téloche, à Malemort."..

Écrit par : Oh!91 | 20/04/2008

le "homophile" est excellent :-D

Écrit par : Becky wincky | 20/04/2008

@ Oh!91 : Ben quoi, z'avez pas la téloche, vous, à Puybrun...? Ou bien z'êtes déjà équipés en home video et en écrans muraux au plasma ? (mimique ahurie, sourcil gauche relevé.....)

@ Becky Winky : personnellement je trouve cette "pirouette sémantique" un peu trop hypocrite (surtout dans ce contexte, où il était AVERE de source irréfutable que le mec en question était gay.)

Écrit par : lancelot | 21/04/2008

Les commentaires sont fermés.