Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/04/2008

Sunday, blogging Sunday

Profitant d’un après-midi de mauvais temps avant d’aller au cinoche hier avec mon TiNours, je me suis payé hier une « tournée des blogs » chez mes meilleurs copains.. J’aime faire ça quand je reviens de vacances. Un peu comme la "tournée des amis" avec alcool à la clé en vigueur dans certaines campagnes le dimanche, sauf que sur blog le taux d’alcoolémie ne risque pas grand-chose, et le danger de rencontrer un cerbère en képi est peu élevé… Je monte dans mon blogoscaphe dernier cri, avec souris automatique, j'enclenche une musique ad hoc sur le tuner chronostatique, j'attache ma ceinture anti-spam (il y a tant d'accidents sur les autoroutes du web, les internautes sont inconscients) et c'est parti...

 


 

 

 

 

 

D’abord j’arrive chez Anydris, mais je le dérange en pleine préparation de ses valises et de ses sacs, parce que le lendemain il emmène une fournée de petits monstres en car à Toulouse, oh Toulouse, oh mon payyys. J’essaie bien de m’incruster, mais visiblement je le dérange dans son stress pré-rentrée… « Est-ce qu’ils auront leurs cartes d’identité ? », « Est-ce qu’ils se tiendront bien ? » « Est-ce qu’ils ne cracheront pas sur les passants ? » « Est-ce qu’ils penseront à mettre leurs capotes.. ? » etc etc… Je me retire sur la pointe des pieds, t’en fais pas, je connais le chemin… Bon voyage mon Any, reviens-nous en forme, n'en étrangle aucun… Et rapporte-nous des souvenirs !

 

 

Deux rues plus loin à gauche, je passe chez Andesmas, qui a le dos plein de cicatrices… Diantre ! Lui et Joss auraient-ils décidé de virer sado-maso… ? Mais il m’assure que ce n’est qu’un nouveau traitement de beauté pour la peau, que je n’ai pas besoin d’appeler Police-Secours,  et qu’il me retrouvera bien, comme prévu,  ce soir au clair de lune, sous notre arbre préféré, pour déclamer du Shakespeare ou du Tennessee Williams en duo en écoutant le chant du rossignol… bon, bon…

 

 

Un nouveau clic et j’arrive dans la savane, où mon Eléphant me barrit sa recherche de sens … Sensé ou  pas sensé, là est la question… Euh, non, Shakespeare c’était plus approprié à l’adresse précédente, chez Andesmas, le spécialiste ès théâtre.. Ici c’est plutôt un endroit où l’on aime la magie, la fantasmagorie façon Seigneur des Anneaux… Frodon est assis sur un strapotin dans le métro. Il admire les jolies dames. Enfin, pas toutes. Il préfère qu’elles ne soient pas folles, vous savez. Je lui glisse au creux de l’oreille que j’aimerais bien savoir si l’Elfe finira par dénicher son Elyphore dans la forêt enchantée, malgré tous les démons de l’Idrium lancés à ses trousses… Pas de réponse. Pour l’instant l’Elephant a bien d’autres sens à fouetter. Ce début de conte, ce n’était qu’un essai pour nous amuser, alors ? Moi je reste sur ma faim, zut. Ca n’a AUCUN SENS, ça justement. Tant pis. Je reviendrai plus tard.

 

 

Le suivant dans ma liste d’amis très chers, c’est… une suivante ! Une dame ! Ben oui, même si... même si quoi hein ??? quoi QUOI ???  Je les aime beaucoup aussi, les dames, surtout quand elles sont aussi mignonnes que celle-ci. Valérie, elle fait sa lessive. Ca sent bon de partout. Et le naturel et le bio en plus ! Je l’aide à étendre deux ou trois draps, je prends les références et le prix de ses produits miracles, (on aime bien jouer les fées du logis chez TiNours et Lancelot aussi…) et puis je m’éclipse… Et s’il lui prenait l’envie de m’embaucher pour faire son repassage… ? Aïe ! je file, prudemment, non sans penser à lui faire un bisou affectueux.

 

 

Super, ces nouveaux moyens de navigation… en un clic je me transporte depuis la Haute-Savoie à l’autre extrémité de la France, dans la mystérieuse ville de mon petit Joss… Ca commence un peu à devenir connu, ce secret-là… « Alors, TiTom, tu me jures que ce n’est pas toi qui as fouetté Andesmas ??? » « Mais non, il adore s’en inventer, des séances d’auto-flagellation… Viens plutôt avec moi, je vais rendre visite à une vieille amie… » « Hein ? on va où… ? »

Mal m’en a pris de lui avoir fait confiance et de le suivre, il m'emmène à l’hospice… Et c’est parti pour une heure de discussion gâtifiante avec une vieille dame qui a perdu la tête et qui tient absolument à nous raconter ses souvenirs de Prima Donna au bolchoï avant la première guerre mondiale… Elle nous prend pour ses petits-fils et, en grande spécialiste, nous abreuve de  conseils pour notre santé, même si on se porte très bien... J’ai un petit bourrelet au ventre, c’est de l’aérophagie,  Joss a le ventre plat, c’est le ver solitaire. J’ai les yeux cernés, c’est pas étonnant, j’ai tendance à me coucher trop tard. Quant à Joss, il se tient mal,  il devrait faire de la gymnastique, d’ailleurs la gymnastique agit aussi sur la constipation…

OUFF ! Je peux plus, je peux plus… J’abandonne  lâchement Joss à son sort, (dans deux minutes elle lui parlera de ses diarrhées à elle, au secours…), où est la sortie ? vite ! CLIC !

 

 

Ah, tiens, me voici au bord de la Méditerranée, chez mon super-pote Panama. Enfin, « chez ». Je suis devant chez lui, j’appuie sur l’interphone, rien ne répond. Pas étonnant, il est parti crapahuter comme d’habitude. Après ça il rentrera tout crotté komdab en me disant que la spéléo c’est génial, qu’il s’est éclaté, que c’est là qu’est sa vie, et que je devrais absolument aller avec lui la prochaine fois, que le guide est très sexy, etc etc… Panama, je l’adore, mais quand je vais chez lui maintenant, j’ai un gros problème technique : je peux entendre tout ce qu’il me dit, mais je ne peux pas lui répondre : il a fait poser un nouveau système de sécurité à son blog. Des vitres anti-balles, qui nécessitent un code spécial pour passer à l’intérieur. Et mon code, je l’ai perdu…  Alors je suis condamné à articuler mes réponses en hurlant à travers la glace, mais il ne m’entend pas. Niet. Nada. Nothing. C’est hyper-frustrant. On ne peut plus avoir une conversation bien au chaud blottis lui et moi dans son blog, comme au beau temps de notre folle jeunesse… il le dit lui-même, façon Aznavour « Hier encore j’avais 20 ans… ». Eh oui mon grand, mais aujourd’hui t’as encore de beaux restes, t’en fais pas. T’en es pas encore à chanter que tu habites seul avec Maman dans un très vieil appartement… De quoi tu te plains ? Oui, je sais… Je sais. Et toi, tu sais que je sais. Je t’aime fort. Tu me manques,  par rapport à « avant ». Mais bon. Tu es encore là, et moi aussi, je suis là. Bisou, va prendre ta douche. Tu embrasseras TonMinou quand il rentrera de sa scéance à lui de tennis, ou de Mac… Je ne sais pas trop… à bientôt hein. Donne moi des nouvelles.

Clic

 

 

Ah, encore une dame. Chuis chez ma Fiso ! Ma nana MSN à moi ! La dernière fois que je l’ai vue, que je l’aie lue, elle aussi, elle préparait ses vacances. En Crète, en plus. Elle ne se refuse rien. La Crète, à égalité avec l’Irlande, ça avait été un de nos meilleurs souvenirs avec TiNours. Mais Fiso, elle connaît l’Irlande aussi. Elle est allée partout. De l’escalade en Amérique du Sud. Des traîneaux à chiens en Alaska. De ski nautique dans la baie de Sydney. Côté vacances sportives, elle s’entendrait bien avec Panama, justement… Sexuellement, euh, là je sais pas trop. Mais j’ai pas la vocation à jouer Hello Dolly. Je suis pas venu pour jouer les marieuses. Toc-toc, t’es là Fiso ? J’insiste, enfin où elle est, c’est incroyable… ? Sa voiture est pourtant garée là, « Mais enfin Fiso ouvre-m…. »

Ohlà. Elle ouvre. Je comprends tout en une demi-seconde. Je dérange. Ses cheveux sont ébouriffés, ses lèvres gonflées, elle est entortillée dans un drap visiblement arraché à la hâte d’une literie qui a subi récemment les derniers outrages… Elle cligne des yeux « Il fait jour… ? » Elle me regarde, essaie de sourire : « Tiens c’est toi… ? Qu’est-ce que tu fais ici… ? » L’atmosphère est lourde d’ébats moites… Fiso passe sa langue sur ses lèvres d’un air plaintif… Elle essaie d’être gentille, et aimable, sur le seuil de sa porte, en tenue de Bacchante, mais pas la peine de sortir de Polytechnique pour comprendre que je tombe au mauvais moment… En ce moment elle a d’autres fesses d’homme à fouetter que les miennes… Mignonne comme tout, qu’elle est, négligée comme ça… Allez gros bisou ma Fiso… Va vite LE rejoindre, tu me raconteras une autre fois… la prochaine fois je préviendrai quand je débarque… ! Promis !

Clic

 

 

Sous les fenêtres d’ Oh !91, je m’immobilise, le doigt suspendu en l’air avant de sonner. Aïe ! Ca crie, ça se dispute. Oh ! avait invité Zarxas. Grande discussion. Ca tourne au pugilat. « Mais puisque je te dis que tu n’es qu’un mec qui se cherche des poux là où il n’y en a pas !!! » « Non, tu te trompes, j’ai TOUT usurpé » « Usurpé quoi ? Ton boulot, tes amis, ta situation, ta culture ? Enfin, fais pas chier, tu l’as bien mérité ce que tu as là, non ? » « Non, j’aurais pu faire mieux, être mieux. Pendant ma maîtrise d’Arabe, je n’étais pas à ma place » « Mais si enfin, tu n’as pas fini de te prendre la tête ? »

Qu’est-ce que je dois faire ? Je n’aime pas que mes amis se disputent. Mais je n’aime pas intervenir non plus là où ça ne me regarde pas. J’ai eu tant de mauvaises expériences par rapport à ça. Je m’assois sur le perron. Je regarde le paysage, cette rue que je ne connais pas. Il fait froid, c’est pas grave. Une fois n’est pas coutume, tiens, j’ai envie de fumer une cigarette, moi qui n’ai jamais fumé de ma vie. Dans le monde du virtuel, on n’attrape pas le cancer. Je l’allume, je tousse. Ca passe…. Je regarde la fumée. J’écoute les voix qui continuent à me parvenir. Ces voix. Sa voix. Il fait froid. Va falloir repartir. Je n’aurai pu dire ni bonjour, ni au revoir. Petit sourire. Je fredonne la chanson de Phil Collins « You’ll never know, no you’ll never know, just how close we were ». Je pose ma main sur la porte, une dernière fois, je Souris. Clic.

 

 

Je finis ma tournée chez  Orpheus. Avec les cerfs, les lapins et les renards en ombres chinoises. La forêt sombre et bien fraîche. Qu’est-ce qu’il me raconte, Orpheus ? Fais-moi rire, comme tu sais si bien faire d’habitude. Raconte-moi tes démêlés avec SFR. Ou avec les démarcheurs téléphoniques pour des poses de fenêtres. Ou avec Roxanne Decorte, la cruche spameuse !

Quoi qu’il a mon Orpheus ? Ohlàlà… pas en forme cet aprem… plein de chagrin… loin de son Jiem, loin des vacances. T’en fais pas mon grand… Assieds toi… C’est le Bozo-Show pour toi tout seul ! Je m’habille, le bonnet avec les grelots, les grosses chaussures. Je danse, je fais des cabrioles, je braille des chansons, je dis des bêtises, je fais le pitre. Même pas que je lui arrache un sourire… Et puis et puis, en farfouillant chez lui, je trouve dans son tiroir secret une petite fiche sur un film pas vu par TiNours et moi « Be Kind, Rewind » ; Super, ça, on voulait aller au cinoche avec TiNours !! « Tu viens avec nous ? » Ben non, couillon que je suis, pour quoi faire ? Il l’a déjà vu, lui, le film… il préfère rester là où il est. Il me fait un gentil sourire, je le serre fort dans mes bras. A bientôt hein ? Et tu sais que.. si tu veux venir nous voir avec Jièm, en vrai, hors blog, c’est quand vous voulez, hein…. Ce ne sont pas des paroles en l’air… Bisous mon Orpheus… Si tu veux bien.

 

 

Clic, je ressors, il est temps d’aller finir notre après-midi au cinéma.

 

 

Je vous aime, tous. Vraiment. Il n’y en a que deux que j’ai vraiment rencontrés ‘en vrai’. Il n’y en a que quatre avec qui j’ai parlé au téléphone. Pour tous les autres, il n’y a eu ‘que’ des dialogues MSN, ou des mails, ou des  échanges interblogs. Mais il n’empêche. Je suis heureux de vous connaître. Ma vie est colorée différemment depuis que vous y êtes. Et, même si je me répète, merci à vous tous pour cela. Merci

 

944797587.JPG

17:30 Publié dans BlogPotes | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : bloggueurs, amis

Commentaires

Je viens de finir ta tournée mais maintenant il faut que j'aille voir certains des blogs que je ne connais pas encore. Pour le repassage, ne te fais pas de soucis, j'aime assez repasser... c'est un moment où je peux m'évader assez loin et puis j'aime tant le linge bien repassé :)

Écrit par : Valérie de Haute Savoie | 21/04/2008

mais fais tu pour trouver une telle imagination... :D

Écrit par : Joss | 21/04/2008

Merci mon LanLan,
Euh... l'idée de revivre avec ma mère m'a fait frémir. T'es fou ou quoi ?
Tu sais bien que j'ai l'esprit un peu (pré)occupé ces temps-ci, et ça ne s'arrange pas. BZ !

Écrit par : panama | 21/04/2008

Franchement, t'as eu tort, t'aurais du t'incruster, t'es bien placé pour savoir comment on est, nous, les Méditerranéens, on fait du chahut pour un oui, pour un non, intéressant ou pas, le sujet compte pas, l'essentiel, c'est le contact. T'aurais eu ta place, t'aurais même pu nous traiter de bande de brêles, on se serait bien poilé. Et plus si affinité. Merci d'être venu jusque là quand même.

Écrit par : Oh!91, lutteur de comédie | 21/04/2008

Détrompe-toi !
Tu m'as arraché un rire bien sonore qui m'a fait le plus grand bien. Alors merci à toi. Bisou en retour.

Écrit par : orpheus | 21/04/2008

Très sympa la ballade, j'ai beaucoup aimé. Et merci pour les visites mon Chevalier, elles me font toujours un immense plaisir. Le conte se finira un jour, quand j'aurai enfin de la suite dans les idées, en attendant, je picore et papillonne sur les chemins de mon imagination, et sur tes chemins à toi. Pffffou, ça me fait vachement de bien tout ce que tu écris

Écrit par : L'Elephant | 22/04/2008

Heuuuuuuu .... comment ??? On parle de moi ???
Pfff ! Désolée, j'ai pas vu le jour pendant ... 2 jours ...
Une de ces paires de fesses que les copains aimeraient bien malaxer, à mon avis ;)
T'es con d'être parti comme ça, on allait faire une pause !
Bon, j'y retourne, mais franchement, merci pour le clin d'oeil, t'es un amour, je t'adore !

Écrit par : Fiso | 22/04/2008

Moi Sado-Maso ? La duègne que je suis n'oserait pas se laisser aller à telle décadense des plaisirs de la chair!! J'en suis outré et tout retourné, et pas comme je le voudrais!!! Hihihi!!!

Écrit par : Andesmas | 23/04/2008

@ Valérie : content si tu peux te faire de nouveaux amis après avoir visité mon blog... C'est à ça que ça sert... Et si un jour tu n'as pas assez de repassage pour satisfaire ton besoin d'évasion, on sera ravis de te prêter le nôtre à faire ! Pour te rendre service ! ;-))

@ Joss : je fume la moquette... ça me met en transes. Et après je rêve à des vieilles dames séniles et je me jette sur mon clavier pour les coucher sur l'écran...

@ Pan : Merci à TOI. J'ai ENFIN retrouvé le code pour faire s'ouvrir la vitre "anti-agressions" de ton blog. J'en ai profité pour te laisser des commentaires de partout...

@ Oh!91 : Bon, ben la prochaine fois, j'oserai. Sauf s'il y a trop de trolls par chez toi... Zarxas, lui il est gentil. Mais il y en a certains... tu me connais. Bisous

@ Orpheus : Content que je suis, alors. La prochaine fois que je reviendrai par chez toi il ne faudra pas oublier de publier une autre collection de clichés de "Orpheus dans sa prime jeunesse". Trotrognon....

@ L'Elephant : Tu me flattes ! Mais je t'assure, je veux savoir la suite des aventures de l'Elfe... Alors est-ce qu'il va se faire manger avant d'atteindre le champ d'elyphore....?

@ Fiso : J'ai remarqué que le téléphone vec toi, ça donnait de meilleurs résultats ! Enfin comme c'est toi qui as pris l'initiative avant-hier, au moins j'étais sûr de ne pas te déranger... Plein de câlins à toi aussi, ma toute belle...

@ Andesmas : Bon, tu m'as eu... Je censurerai pas a posteriori. Mais j'ai raté quand même mon coup avec toi. La prochaine fois, je parlerai de cerisiers en fleur et de plages blondes sur fond de coucher de soleil... avec une duègne s'y promenant d'un air rêveur... J'espère que tout va bien pour ta Maman depuis hier. A bientôt petit frère...

PS : il manque encore le commentaire de mon Any pour clôturer la liste... est-il rentré de voyage...? Ou ses petits monstres l'ont-ils kidnappé...?

Écrit par : lancelot | 24/04/2008

Toutes mes confuses mon Lancelot de pas être viendu plus tôt! A mon retour, je n'ai pas pris le temps de tout lire sur les blogs...
C'est dommage d'ailleurs, car ta note toute mimi m'a bien fait sourire, ça fait du bien !
Bises !

Écrit par : anydris | 03/05/2008

@ Any : Mille grâces à toi mon Messire... J'aurais pas dû insistirer, mais tu manquois grandement ici en commentateur à ma "collection" de MimiBisous... à très bientôt, chez toi et chez moi, hein ....?

Écrit par : lancelot | 03/05/2008

Les commentaires sont fermés.