Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/05/2008

Back from Ireland

 



 

 

Lancelot is back !

Repu de fous-rires et de beauté. Quatre jours qui m’ont fait un bien immense.

 

 

1833865202.JPG

 

 

 

2111619310.2.JPGCe n’était pas une découverte pour moi : TiNours et moi avions déjà passé trois semaines en Eire pendant l’été 2000. Un itinéraire que nous avions fait en voiture, du Sud Est en commençant par Wexford,, et nous étions remontés dans le sens des aiguilles d’une montre (des aiguilles qui s’initiaient à la périlleuse conduite à gauche !) : Cork, Cahir (château où ont été tournées certaines scènes d’Excalibur…. Je l’ai gardé très longtemps en fond d’écran, Fiso… !)  le Kerry, la péninsule de Dingle, Killarney, Limerick, Ennis, les falaises de Mohair, le Connemara, le Donegal, et ensuite nous avions terminé quelques jours sur Dublin, désolés de ne pas pouvoir aborder l’Irlande du Nord, mais nous n’avions hélas plus assez de temps, hélas, hélas…

 

 

 

Cette fois  il m’a fallu se contenter de deux villes : Dublin et Cork. Ce qui n’était déjà pas mal. Sur moins de quatre jours, et ça c’était 711583991.JPGplus gênant. Mais le but n’était pas de faire (que) du tourisme ! Caro, la coordonnatrice de la section de BTS où j’enseigne, et moi, devions prospecter des possibilités de stage pour nos étudiantes, rencontrer le directeur de l’un des collèges où sont régulièrement envoyées nos élèves depuis 5 ans, formaliser cela par un accord plus humain et moins administratif, et éventuellement nous renseigner aussi sur les possibilités de location existant pour les étudiants étrangers venant passer un mois de stage dans ces villes irlandaises, où, comme dans tous les endroits où le succès de la bulle informatique a attiré de l’emploi, il est difficile  de trouver une chambre à prix raisonnable pour quelques semaines.

Alex, le mari de Caro, nous accompagnait en tant que touriste.

 

 

 

231776495.JPGL’Irlande a certainement changé depuis huit ans. Notamment en raison d’une immigration accentuée et d’un développement de la construction. Encore une fois, la croissance économique (qui subit toutefois un ralentissement depuis quelque temps) en est la raison principale. Mais, au coeur de deux grandes villes que je connaissais déjà, je n’ai pas eu à me plaindre d’une urbanisation excessive. Les métropoles conservent leur charme en intégrant l’aspect cosmopolite de façon  harmonieuse.

 

 

 

Une question qui a été, sinon oubliée, disons ‘phagocytée’, en France, grâce à notre génial président, se retrouve à tous les coins de rue : le référendum au traité de Lisbonne, pour lequel les avis sont très partagés.1353300887.JPG Détail intéressant, alors qu’à Cork la majorité des affiches disent ‘Vote YES’, sur Dublin, on retrouve un grand nombre de ‘Vote NO’, en quantité égale. Sans doute parce que la capitale est un plus grand mélange de tendances politiques et de populations différentes.

J’ai retrouvé cette sensation si agréable d’il y a huit ans : sans tomber dans un angélisme béat, il faut bien reconnaître qu’en majorité les Irlandais sont gentils, serviables et cools. La rudesse, ou une certaine violence larvée que je n’avais pas aimée en Angleterre, je ne la retrouve pas ici. Les mecs parlent fort, rient fort, se bousculent virilement comme des gamins devant les portes des pubs (où l’on a parfaitement intégré l’interdiction de fumer dans les lieux publics, apparemment) mais je n’ai été confronté à aucune malveillance, aucune ironie, aucune réflexion agressive.

 

 

 

1945625501.JPGNous avons donc, lors de deux soirées consécutives, tenu à nous rendre dans des pubs où l’on jouait de la musique irlandaise, avec danses et chansons. Hormis les consommations (à mon corps défendant, car j’aime pas la bière, mais j’ai tenu à m’immerger dans l’esprit du pays, j’ai donc ingurgité deux Guinness) on ne paye rien, surtout pas la musique. C’est fait pour s’amuser, pour le plaisir des musiciens et du public, ça ne va pas plus loin et c’est très bien comme ça. Les jeunes se lancent dans des gigues hasardeuses, sur les conseils d’un mec ou d’une nana qui donne des conseils dans le micro en guidant les pas, tout cela dans une joyeuse pagaille, et au final tout le monde rigole. Bonheur aussi de chanter le dernier soir lorsqu’un mec à la guitare (dont je n’ai pas noté le nom, hélas) est venu nous interpréter des tubes connus, de Sting ou Simon and Garfunkel entre autres. Même si on ne touche pas là à la véritable « âme de l’Irlande » d’un point de vue culturel, on se retrouve pris dans le mouvement de gentillesse et de spontanéité générale dans le plaisir d’entonner à l’unisson des paroles de chansons bien connues de tout le monde.

 

 

 

Notre visites de deux écoles à Cork m’a laissé un souvenir étourdissant. La première, incroyable de beauté architecturale, mélange 332159485.JPGharmonieux de classique et de moderne. Je m’étais fait la même réflexion sur plusieurs campus américains : comment les étudiants font-ils pour avoir envie de travailler dans un cadre pareil ? Mais je me doute bien qu’au final c’est justement l’ensemble qui doit avoir un impact positif sur la  « productivité intellectuelle ». Encore une question de culture à laquelle nous ne sommes pas habitués.

La seconde école qui est un « College of Further Education » accueille des étudiants de tous âges de 19 à 77 ans, et m’a laissé sur le cul, de par la variété et l’originalité des matières abordées : les cours de mixage et d’enregistrement côtoient ceux de création musicale, d’autres étudiants écrivent et mettent en scène des pièces de théâtre pendant que d’autres confectionnent des décors (l’ensemble n’en restera d’ailleurs pas cantonné à l’enceinte de la fac, ils ont des 436875161.JPGaccords avec la municipalité pour aller travailler au théâtre de la ville -et Cork ce n’est tout de même pas Trifouillis les Gonesses !), d’autres, dans le cadre de la « découverte culturelle » fabriquent un bateau qui sera utilisé pour faire une excursion sur le fleuve. Les salles informatiques sont bien sûr nombreuses et toutes équipées de Wifi, et d’ailleurs chaque étudiant possède son propre portable qu’il a la possibilité d’acheter à la fac en début de cursus en remboursant à long terme, un investissement qui s’avère toujours payant parce que les cours qu’ils pourraient manquer leurs sont (presque) automatiquement mailés… J’en avais les larmes aux yeux et l’eau à la bouche en sortant… Pauvre petit prof dans un lycée français qui se bat depuis le début de l’année pour que l’écran géant que l’on a installé dans sa salle de classe soit ENFIN cablé pour qu’il puisse le connecter à son PC personnel, qu’il devra bien évidemment trimballer… BREF !

 

 

 

J’ai entraîné Alex et Caro vers les lieux que j’avais visités et aimés avec TiNours : Trinity College, et la prison de Cork (qui a été fermée1402141333.JPG dans les années 20). Le temps a varié mais il n’a jamais plu, et si nous avons eu quelquefois un ciel couvert, le soleil a été splendide sur Dublin la plupart du temps. How lucky can you get ?

A Trinity nous nous sommes contentés des jardins sans aller admirer le Book of Kells (le plus vieux livre d’Europe -VI° siècle- ). Majesté et bonheur dans cette enceinte. Sammy, j’ai pensé à toi très fort !

 

 

 

L’un des chauffeurs de taxis que nous avons utilisés (les taxis, pas les chauffeurs…) répondait au nom délicieux de Patrick Gallagher : plus irlandais tu meurs… Croyant bien faire, sur le chemin qui nous emmenait de l’aéroport à notre B&B, il a tenu à entretenir la conversation en m’interrogeant sur mes pronostics sur le match de rugby imminent entre les « Munsters » (LEUR équipe) contre les Toulousains. Tout le monde en parle en ce moment là-bas, 1678415822.JPGplus encore que du referendum…. J’ai dû le décevoir, et même Alex n’a pas pu venir à mon secours… Mais je ne pouvais pas décemment lui expliquer que mes connaissances rugbystiques se limitent à des calendriers de nus artistiques… Alors il a gentiment changé de sujet : « cerkowzee… cerkowzee… » Mais qu’est-ce qu’il me veut lui avec son Cerkowzee ? C’est quoi ça encore ? Un autre sport national… ? Et tout à coup j’ai eu une illumination ! Il parlait de notre Nicolou chéri ! Alors là ça devenait plus intéressant ! Je lui ai demandé quelle image en renvoyaient les médias à l’étranger. Question que j’ai re-posée par la suite à d’autres personnes, qui nous ont été présentées à la fac, notamment… A chaque fois ils hésitent, parce qu’on voit qu’ils veulent rester polis… Je me suis régalé : « Come on, don’t be shy… What do the media say… ? Which impression do you get from here ? ». Il ressort de cet intéressant sondage que ça rigole pas mal outre-manche, sur notre dos… Nous on rit plutôt jaune… On a notre Bush à nous, maintenant. Estampillé. Pur porc premier choix !

 

 

 

La dernière nuit à Dublin a été marquante : réveil à quatre heures par une alarme qui résonnait longuement. Evacuation de l’hôtel tambour174575541.JPG battant… pour le réintégrer 5 minutes plus tard : la centrale électrique responsable de l’alimentation de ce secteur avait eu un bug qui avait privé trois quartiers entiers, et donc quelques centaines de logements (et d’hôtels..) de courant ! Ni incendie, ni alerte terroriste… Les pompiers sont venus nous rassurer…. Ca ne s’était pas produit depuis sept ans… Ils m’attendaient pour remettre le couvert, apparemment… Merde… Tout ça pour ça… ? J’ai réintégré mon lit mais je n’ai pas pu me rendormir… Les pompiers n’assuraient-ils pas le service « aller consoler les touristes qui sont dans le colletard » jusque dans leurs chambres… ? J’aurais bien aimé…

 

 

 

Et, puisque j’en suis aux points négatifs : le café irlandais est toujours aussi infecte ! Il doit certainement y avoir de bonnes adresses de ‘trattorie’ italiennes, mais je ne suis pas plus tombé dessus cette fois qu’en 2000..

Les contrôles aux aéroports, aussi, sont épuisants de minutie de de pointillisme.... Je me suis fait confisquer un (probablement) délicieux pot de confiture au whisky dont ni TiNours ni moi ne connaîtrons jamais le goût... Relents du 11 septembre : que la foudre tombe sur tous ces maudits terroristes qui nous empoisonnent la vie et nous empêchent de déguster nos toasts à l'occasion de nos breakfasts occidentaux....

 

 

 

774508639.JPGIl n’empêche : café ou pas, whisky jam ou pas, (plutôt "pas" d'ailleurs, pour le second... grrrr...) j’avais le cœur un peu lourd lorsque l’avion a crevé la barrière de nuages pour reprendre la direction de Carcassone. Seule la pensée que j’allais retrouver mon TiNours me consolait. Mais j’aurais nettement préféré que lui vienne me rejoindre pour poursuivre ce périple à deux, voire à quatre, car malgré mes appréhensions, la cohabitation avec Caro et Alex s’est merveilleusement bien passée.

Retour cet après-midi au quotidien : copies et oraux. La transition ne sera cependant pas trop dure : j’avais emporté un paquet de devoirs surveillés là-bas, histoire de ne pas trop souffrir du manque… J’ai abattu du travail dans l’avion, pour rentabiliser le temps perdu. Scrupulous teacher, ain’t I… ?

 

 

1249225138.JPG

 

 

11:28 Publié dans Vacances | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : irlande, dublin, cork

Commentaires

finalement, une petite escapade que tu craignais et qui t'as donné du plaisir, merci pour le partage :-)

Écrit par : L'Elephant | 22/05/2008

Pas gai de revenir à Montpellier, cher maître ?

Écrit par : panama | 22/05/2008

Un peu plus vers chez moi =)

Écrit par : Lunaboy | 23/05/2008

Cela donne drôlement envie d'y aller (sauf pour le café, j'aime tant les expresso :)) - tu me fais rêver aussi lorsque tu parles des batiments scolaires et des moyens !
Et moi la bière j'aime bien. Sans doute n'aurais-tu pas dû parler de ta confiture, cela serait passé non ?

Écrit par : Valérie de Haute Savoie | 24/05/2008

So the Irish jaunt was a success along the whole line! I know what you mean about the schools and universities. Students in Ireland study in much better conditions than in France - especially in Paris. But you may say that is newly affluent Ireland. In Istanbul the two universities I have seen treat their students far better than we do. But at least it shows us the way to go.

The extra mural activities sounded great fun. Look forward to more details.

Écrit par : Johnny | 24/05/2008

Je tiens à démentir une fausse vérité énoncée par monsieur Lancelot !!! On trouve maintenant du très bon café sur Dublin, il suffit de savoir où le trouver!!!! Je n'en bois pas tellement, je préfère de loin le thé ou le chocolat chaud, et j'allais souvent chez Bewley's sur Grafton Street, où ils servaient d'excellentes boissons chaudes avec de bonnes petites viennoiseries. On y allait souvent mes copines assistantes, on faisait nos petites vieilles duègnes autour de nos tasses et de nos scones... Ahlala, ta note me renvoie plein de nostalgie...
PS/ Thanks again for the postcard!

Écrit par : Andesmas | 24/05/2008

hiiiiiiiiiiiiii un bon chocolat chaud topped with a little bit of cream ^^^^^^^^

Écrit par : Lunaboy | 25/05/2008

@ l'Elephant : ce n'était pas tant l'escapade en soi que je "craignais" mais l'aspect financier des choses, rapport aux remboursements. Pour l'instant, Caro et moi avons fait l'avance sur tout, bien évidemment. Et maintenant, on nous emmerde avec les paperasses et les arguties et les enculages de mouche (la bouffe sera-t-elle prise en compte ou pas...?) pour qu'on rentre dans nos fonds... la suite au prochain numéro...!

@ Panama : Si, bien sûr, je suis TOUJOURS gai. Gay forever.

("Maître"...? D'où ça sort encore, ça...? Je te préviens que si tu cherches encore à m'entraîner dans un sordide plan sado-maso, c'est NON...)

@ Lunaboy : "vers chez toi" c'est bien vague. D'autant que tu en as pas mal, de "chez toi"...!! Au fait, à l'heure qu'il est, es-tu rentré dans le "chez toi" plus près de chez moi ? Toujours dans le flou par rapport à ça...

@ Valérie : je t'encourage grandement à y aller, je suis sûr, connaissant -un peu !- ton caractère, que tu adorerais.
Pour ce qui est de la confiture, tu penses bien que je n'ai rien dit du tout. C'est eux, en scannant mon sac, qui me l'ont fait ouvrir et en ont extirpé le pot, d'une main soupçonneuse... J'étais furax, mais je n'allais pas ameuter la Police de l'Air et des Frontières pour ça, tout de même. C'est passé à la corbeille (mais je pense que ça n'a certainement pas été perdu pour tout le monde... Ils doivent se faire de jolies corbeilles de Noël avec tout ce qu'ils récupèrent quotidiennement...).

@ Johnnie : Whenever do we head forward to Istanbul together then ? (on strictly professional ground of course...)
;-))

@ Andesmas : C'est pas une 'fausse vérité', l'histoire du café. Je n'ai jamais dit qu'il était impossible d'en trouver du bon là-bas. Mais c'est tout de même un peu la quête du Graal. La preuve, il faut connaîtrre des adresses précises. Soyons chauvins, juste un peu : à Paris, on peut trouver un bon café dans n'importe quel troquet, au hasard.

Ce qui n'entache en rien mon opinion sur Dublin et sa population : j'adore cette ville et j'irais très volontiers y vivre (en emportant ma cafetière et mes packs d'arabica avec moi, à supposer qu'on ne me les confisque pas à la douane....)
En revanche, vivre à Paris, jamais de la vie.

As for the postcard, you're most welcome, Little Duenna...

@ Lunaboy again : "A Little Bit" ?? Really ???

Écrit par : Lancelot | 25/05/2008

Super ce billet ! Tu te doutes que je l'ai dévoré ;)
La musique et la danse dans les pubs, et la Guinness (t'as bu 2 pintes, j'espère?)
Ah la la .... ça me manque, p'tain !
Pour la sécurité à l'aéroport, ça c'est un truc qui m'énerve, les Irlandais copient trop les Américains, ce sont leur modèle, quel dommage !

Écrit par : Fiso | 25/05/2008

Mercredi, je reviens. Enfin vendredi ou samedi vers ton chez toi.

ps: a lot of cream of course =)

Écrit par : Lunaboy | 25/05/2008

@ Fiso : bah, tu sais, j'ai l'impression que les mesures dans les aéroports sont hyper-strictes où que tu ailles maintenant... Il est certain que je préfère sacrifier un pot de confture pour ne pas sauter en vol...
Oui, deux pintes de Guinness... et même pas saoul ! Mais, bof, je dois dire que malgré tout la bière ne m'emballe pas... j'ai jamais compris ce qu'on lui trouvait, à cette boisson... Je préfère le vin, et de très loin.

@ Lunaboy : bienvenue parmi nous ! Que penses-tu de cette merveilleuse météo ces jours-ci ? C'est la Mousson ! Enjoy !

Écrit par : Lancelot | 28/05/2008

Les commentaires sont fermés.