Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/05/2008

MétaFlore

Parmi les commentateurs fidèles à ce blog,  trois femmes reviennent régulièrement. J’ai envie d’écrire « filles » plutôt que « femmes » car dans mon optique elles sont des copines, des amies, et le terme de « fille » rappelle les années collège, lycée, fac, il a un parfum de jeunesse que j’associe, à tort bien sûr, à chaque amitié. Toute amitié est jeune par définition. D’abord quand elle est naissante, et même après plusieurs années, parce qu’elle est sans cesse renouvelée. Une amitié peut mourir, mais elle ne s’use pas au fil du temps, si l’on continue à se côtoyer. Bien au contraire,  paradoxalement, le temps la raffermit, la rajeunit, et lui prête vie.

 

 

Trois filles, donc.

 

 

 

Depuis quelques mois, elles reviennent, intermittentes, ici et là dans mon blog, dans mon espace perso, dans mon jardin secret… Pas si secret que ça, d’ailleurs, puisqu’il est ouvert à tous ceux qui ont envie d’y entrer. Mais ce terme me permet d’enchaîner sur une métaphore : trois filles, trois fleurs.

 

 

 

 

597539597.jpgLa première, c’est la violette. Elle a surgi un jour sans faire de bruit. Elle est venue gentiment s’émouvoir avec moi d’un sujet qui me tenait à cœur, et m’apporter son soutien. Elle est modeste, douce et réservée. La violette est utilisée pour du parfum bien sûr, mais aussi dans le domaine de la santé, et en cuisine, même. La fille à laquelle je pense, elle aime parler de ces choses-là. Elle est inventive, elle s’intéresse à tout ce qui peut rendre la vie belle et bonne. Elle aime les plaisirs simples. Elle s’occupe de sa famille, de son intérieur, avec amour. Elle a longtemps craint de rester dans l’ombre où depuis plusieurs mois on semblait vouloir la reléguer. Mais depuis quelques jours, elle a eu une occasion de s’épanouir, de montrer de quoi elle était capable. Timide, discrète, mais courageuse et opiniâtre. Je l’aime beaucoup, ma petite violette. Beaucoup.

 

 

 

 

La seconde amie, elle ressemble à du lilas. Elle est vivante, enthousiaste. Lorsqu’elle vient commenter, c’est toujours comme une bouffée1534240265.jpg de ce parfum qui vient nous caresser lorsqu’on passe à côté d’un de ces arbustes. Elle est passionnée, entière. Elle ne mesure pas son amitié, elle est généreuse et vibre toujours à l’unisson (chez moi en tout cas !). Quand on la lit, on a envie de la prendre dans ses bras, comme ces brassées de fleurs, blanches ou mauves, qu’on aime à ramener à la maison, au printemps, comme des invités agréables, pour qu’elles embaument tout. Elle est curieuse et intuitive. Elle est adorable.

 

 

 

 

La troisième, j’ai longtemps cherché quelle fleur je pourrais lui associer. Et tout en étant un peu insatisfait par la 875325817.jpgbanalité de mon choix, je n’ai pu trouver que la rose. Rose, blanche, jaune ou rouge, peu importe la couleur. Parce que la troisième copine, c’est une palette à elle toute seule. Changeante, rayonnante. Une rose parce que cette fleur s’épanouit sans crier gare, d’un seul coup, du jour au lendemain, dans un buisson, et c’est exactement comme ça que l’amitié est née entre nous, un soir, en me laissant tout surpris car je ne m’y attendais pas. Elle s’est déployée, elle m’en a foutu plein la vue. Un coup de foudre amical. Total. Incroyable comme je me sentais bien à discuter avec elle, comme nous avions plein de points communs, comme le rire et les confidences ont fusé entre nous. Elle sait être piquante dans ses avis, ses coups de gueule, et c’est tant mieux. Mais elle peut aussi être douce comme un pétale, si douce et tendre quand elle sent que quelque chose ne va pas. Une rose formidable.

 

 

 

 

 

Je les apprécie, mes trois fleurs. Je dois bien reconnaître que la tendresse d’une fille a une qualité particulière et inégalée. Elles sont moins abruptes, plus conciliantes, plus compréhensives dans leurs attitudes que les hommes. Est-ce simplement parce que, en tant que gay,  par moments il me manque aussi ce ‘quelque chose’, si indéfinissable, qu’on ne peut retrouver qu’en enfouissant son visage dans des mains féminines ? J’ai en tête en ce moment un extrait de ce film magnifique ‘Le fate ignoranti’. L’histoire d’Antonia, une jeune femme qui découvre par hasard après la mort accidentelle de son mari que celui-ci avait un amant.  Après le premier choc, elle va trouver ce jeune homme, Michel, en essayant de surmonter sa détresse, sa douleur, et pour essayer de savoir, de comprendre. Ils nouent des liens, tendus bien sûr au début, mais petit à petit le respect, et une certaine forme d’amitié s’instaurent. Traversés bien sûr, régulièrement, par des crises. Tout au long du film, Michel a toujours devant elle une attitude défiante et revendicatrice de cet amour que lui vivait secrètement avec son mari, et qu’elle, Antonia, n’avait  su ni pressentir ni comprendre. Or, vers la fin, lors d’un huis clos très doux et triste, il s’écroule devant elle et lui demande en sanglotant « Pardonne-moi… Pardonne-moi… »

 

 

 

Ce pardon, seules des femmes savent le comprendre, et le donner.

 

 

 

Et même si je ne demande pardon à personne, je voulais aujourd’hui rendre hommage à ce beau bouquet que j'ai la chance de voir fleurir, régulièrement, dans mon jardin.

Commentaires

@ Pan : cesse de grommeler, tu ressembles à un jaloux sexiste...

Pour te consoler, la prochaine fois, je filerai une autre métaphore : le potager des GARCONS qui viennent dans mon jardin. Et je te promets que tu auras le rôle de la Patate. Non, pas la Carotte. Tu serais trop content.... ;-))

Écrit par : Lancelot | 28/05/2008

Pas la peine de tourner en rond : on le sais bien que tu as donné dans "le côté obscur de la chose" dans ta jeunesse. Le pardon, tu parles : on voit bien que tu n'as rien compris aux femmes. Une femme oublie mais ne pardonne jamais.

Enfin, si tu as envie de retourner casaque encore une fois... Même les cactus ont des fleurs, c'est bien connu.

Écrit par : panama | 28/05/2008

"le côté obscur de la chose " là je l'avoue ça me fait marrer, ceci dit, Lancelot ces fleurs ont bien de la chance de pouvoir fleurir pour quelqu'un comme toi qui sait visiblement percevoir leur parfum unique.

Écrit par : Bougreps | 28/05/2008

Et vu comment tu sais prendre soin de ton jardin et en faire un véritable havre de paix et de plénitude, je suis certain que toutes les fleurs qui s'y posent s'épanouissent en bouquets de splendeurs odoriférantes, régal des yeux et des sens, pour leur lecteurs attentionnés. C'est joli, la lecture de pétales :o)

Écrit par : l'Elephant | 28/05/2008

La première fleur n'est pas une violette il me semble non ?
Mais sinon comme ces déclarations d'amitiés sont joliment dites. Décidément j'aime venir te lire !

Écrit par : Valérie de Haute Savoie | 29/05/2008

@ Bougreps (c'est nouveau ce pseudo...?) Tiens il y a comme un parfum de lilas dans l'air...
Faut pas en vouloir à Pan' : il dit plein de bêtises, comme ça, pour se donner un genre.... Mais c'est un gentil.

@ l'Elephant : N'en fais pas trop ! C'est très sympa tout ce que tu me dis là, mais bon... J'ai peur que tu y glisses de l'ironie...

@ Valérie ; Ben écoute, c'était une violette d'après le moteur de recherche de Google ! J'ai fait confiance ! Disons une violette en gros plan... Je sais que ça ressemble un peu à une pensée, présenté comme ça, mais c'est deux fleurs de la même famille, paraît-il....
Merci à toi, je te renvoie le compliment...

Écrit par : Lancelot | 30/05/2008

non :-) me suis encore plantée et j'ai oublié de re changer, c'est tout moi. touchée et je t'embrasse très fort sans en vouloir a personne évidemment.

Écrit par : Bougrenette | 30/05/2008

Bon, heureusement que Bougre de nénette est passée par là pour m'aiguiller un peu !
Magnifique brassée de fleurs, j'en suis toute retournée !
Quel bonheur d'être bichonnée par un jardinier tel que toi.
Tu sais respecter la fragilité d'une fleur, et accepter qu'elle se ferme, parfois, lorsque la nuit vient. Plein de bisous.

Écrit par : Fiso | 02/06/2008

@ Fiso : Mignonne, allons voir....
Bisous partout !

Écrit par : lancelot | 03/06/2008

Partout ? Fais gaffe on va encore te soupçonner de "vouloir retourner casaque" !
(au fait, c'est qui ce chanceux casaque?)

Écrit par : Fiso | 03/06/2008

@ Fiso : tu n'as pas fini tes allusions cochonnes, toi.... Moi je citais Ronsard, la sensualité, la grâce, l'éloquence... quand je disais que j'embrassais "partout" je parlais des PETALES de la rose (pas les épines quand même...) et toi tu arrives et tu me transformes ça en film qui passe sur Canal+ le samedi soir à minuit... Ah ces femmes....

Écrit par : lancelot | 03/06/2008

On ne peut pas embrasser des pétales, tout au plus, les baiser du bout des lèvres, les effleurer à peine :)
(je vois que tu connais bien les horaires, TOI, en tout cas...)

Écrit par : Fiso | 07/06/2008

QUI, au nom du ciel, ne sait pas que C+ diffuse des pornos le samedi soir en fin de soirée...! Même Mère Teresa devait être au courant ! Ne m'accuse pas de mater des cochonneries en douce (d'ailleurs, sur C+, aucun intérêt, ils ne passent que du porno hétéro et du foot... c'est pour ça qu'on a résilié notre abonnement... LOL)...

Quand au fait d' "effleurer" du bout des lèvres, moi je veux bien, mais toutes les "roses" auxquelles j'ai fait subir ce traitement (autrefois..) se jetaient goulument sur moi, déchaînées, pour en réclammer plus...

Écrit par : lancelot | 07/06/2008

Les commentaires sont fermés.