Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/03/2008

Lancelot et Bozo

Après le numéro de l’Illusionniste, pratiqué avec talent (mais aussi regret) par Oh!91, les lumières éclatantes ont jailli sur la piste. La femme coupée en deux a ressuscité et salué le public avec grâce, les colombes ont réintégré les boîtes magiques, les lapins leurs chapeaux hauts de forme, et le Magicien est ressorti, sous un tonnerre d’applaudissements enthousiastes et bien mérités.

 

 

Noir. Les enfants attendent, le cœur un peu battant, en serrant la main de leurs parents. Qu’est-ce qui va suivre ? Les acrobates ? Le dompteur de tigres… ?

 

 

Et soudain, trois petites notes de flûte, une fenêtre s’ouvre, un écran s’allume. Voilà Lancelot. Pas le Chevalier, pas l’Equilibriste, pas le Trapéziste. Lancelot, le Clown.

 

 

Lancelot, il aime faire rire, il aime raconter des bêtises. Il aime faire des pirouettes verbales, des phrases qui cabriolent. Avec les mots, dans un dialogue écrit, il sait faire des tas de choses. Débusquer des sous-entendus là où il n’y en a pas. Reprendre des termes de son interlocuteur pour en faire des jeux de mots. Embrayer sur des répliques de théâtre, ou de cinéma, et faire deviner quelle célébrité parle, ‘sans la voix’. Si le spectateur accepte de jouer le jeu, le Clown peut créer, pour une, deux, trois minutes, sur l’écran, une conversation de personnages célèbres. Ou bien jouer à « Silence ». Ou bien à « Répétition ».

 

 

La première partie du spectacle, Lancelot la joue en se cachant. Il ne montre pas son visage, il attend d’être sûr de pouvoir faire confiance. Il parle, il chante. Il écrit, il compose. Des tonnes et des tonnes de bêtises. Cinq cent à la minute. C’est son quota. Il faut se méfier de lui. Il vous prendra la main, vous poussera aux confidences sérieuses, avec gentillesse et intérêt. Ce ne sera jamais simulé. Seulement, seulement, seulement, Lancelot, il est comme une bouteille de Coca qu’on a secouée : à un moment où à un autre, PSHIIIT !!! Faut que la vanne jaillisse, que la connerie se libère, que les bêtises fusent. Il n’y peut rien, il essaie de se dominer, mais c’est comme ça ! Il se confond toujours en excuses, APRES, mais si les spectateurs ont mauvais caractère, c’est trop tard, les blagues sont lâchées, et si elles devaient faire des dégâts, aïe ! Plus moyen de revenir en arrière…. Il lâche aussi ses petits animaux, les lilliputiens qui se tordent de rire, le chien qui aboie, le chat blanc qui fait sa toilette. Eux aussi peuvent l’aider à traduire ses émotions, à faire passer du rire, aussi contagieux que la varicelle….

 

 

La deuxième partie du show, elle se vit face à face. « On se came ? » et si le correspondant dit « oui », pas besoin d’aller alerter la brigade anti-stups : la cam ne dévoile que la grosse boubouille du Clown. Grands sourires, clins d’oeil. C’est reparti, the show must go on… L’avantage de se voir, c’est que cette fois, on peut faire en plus intervenir des accessoires. Des images, du son. De la musique en toile de fond. Des grimaces, des fous-rires. Des langues tirées, des sourcils qui gigotent. Le public s’esclaffe, applaudit. « Quel sourire, Lancelot ! » « Je sais, je me ruine en dentifrice pour ça ! » « Incroyable comme ton visage est expressif et traduit tes sentiments » « Ben, j’y suis pour rien, c’est Maman qui m’a fabriqué ainsi… Ma "putain de gueule"...»

 

 

En général, Lancelot le Clown, il fait les fins de soirées… Il continue les gambades, les courses à cloche-pied, les grimaces, jusqu’à ce que les spectateurs, détendus, la rate dilatée, lui disent « Il est tard, Lancelot, je vais aller me coucher ». Il est toujours triste de laisser partir son public. Mais, faut bien que les gens dorment, y compris lui, s’pas ? Alors il salue, fait encore un grand sourire avec sa laaaaaarge bouche (comme celle de la grenouille de la blague) et puis, clic, il disparaît.

Heureux d’avoir fait rire, et d’avoir ri à l’unisson. Heureux d’avoir créé pour un court moment, un lien, un courant, une empathie, entre le spectateur et lui-même.

 

 

« Lancelot », drôle de nom, ça, pour un clown. On aurait préféré Achille, ou Coco. Ben non, que voulez-vous, ce clown-là, il trouve tout ça ridicule. Sous ses complexes, Lancelot, il cache une assez haute opinion de lui-même. Clown, d’accord, mais pas Pitre. Il veut bien faire rire, s’esclaffer les gens, même, mais il ne veut pas être ridicule. Surtout pas. Il sait qu’il peut l’être. Ca le terrorise. Ce Bozo qui existe en lui, il a mis des années à le comprendre, à le rééduquer, à lui apprendre à se contrôler. Il a très vite compris qu’il ne pouvait pas, et qu’il ne devait pas le tuer. Bozo, c’est le jumeau de Lancelot. Son autre moitié. Non pas sa part d’ombre (aucune méchanceté), ni sa face cachée (il jaillit toujours comme un diable à ressort, sans y avoir été invité). Juste son frère qui veut bien se tenir en retrait, et surgir lorsqu’il pourrait être utile. Un pacte qu’ils ont passé tous les deux il y a bien longtemps.

 

 

Lorsqu’il rencontre des gens pour la première fois, Lancelot est plus Lancelot que jamais. Bozo est enfermé à double tour, et d’ailleurs, il ne veut pas sortir. La foule, les nouvelles rencontres le terrorisent autant que son frère. Prendre la parole devant un public inconnu ? Horrible ! Terrible ! Lancelot, lui, n’en mène pas large, mais il a un peu plus de courage que son frère. Il accepte de faire face, en faisant le sérieux. Le sévère. Le méchant, même. Les débuts d’année, les face à face avec les nouvelles classes. Silence dans les rangs. Lancelot noircit son œil, redresse le menton « Eh bien bonjour à tous et bienvenue… » C’est parti. Silence dans les salles. On écoute, on prend des notes. Ca moufte pas. Si c’est le cas, Lancelot prend sa voix glaciale et son air ‘qui tue’. Ca marche ! Ca fait peur. Enfin, ça fonctionne deux mois environ. Entretemps, Bozo aura entr’ouvert la porte, observé prudemment le terrain… Il se sera avancé, petit à petit, et puis, le jour où il se sentira en confiance, il tirera Lancelot en arrière à la première occasion propice : « Pousse-toi de là, je vais lancer ma vanne ! » Eclats de rire. Et si ça marche, ce salaud de Bozo multipliera par la suite les apparitions et piquera la vedette à son frère. Même topo que précédemment sur écran, avec d’autres accessoires cette fois. On fait deviner des mots de vocabulaire en utilisant le langage des sourds-muets, ou en jouant au pendu. On raconte en anglais l’histoire de Boucle d’or et des trois ours en refaisant les voix. Ou la vie d’Henry VIII, peu importe. On se tape la tête contre le tableau lorsque les fautes des élèves sont trop grosses ou répétitives (nuage de craie…). On refuse de rendre leurs copies aux élèves qui ont « oublié » leur cahier ce jour-là : « Ben quoi, tu me dis que ‘c’est la première fois’ comme si c’était une excuse ? Pour moi aussi c’est la première fois ! J’ai oublié de corriger ta copie ». Autour, ça se tord de rire. Bref, tout, tout, tout, est bon pour faire durer le spectacle et, en douce, faire ingurgiter de l’anglais à un public dont la motivation varie comme un baromètre. En coulisse, Lancelot proteste « Ben et moi je fais quoi ? » Dans un éclat de rire, Bozo lui reclaque la porte au nez « Oh, toi, tais-toi, et corrige des copies. Je t’appellerai s’il y a un problème de discipline. A toi le sale boulot… »

 

 

Pour finir, je suis aussi un usurpateur. Mais d’un autre genre. Je ne dispose pas, comme Oh !, d’un arc pour viser loin. Je n’atteins aucune cible distante et prestigieuse ("pretiDIgieuse" !).  Je ne dispose que de deux cordes, sur une guitare cassée. Je m’épuise à trouver toutes les variations d’accords possibles dessus. Mais, fatalement, un jour le public se fatigue, la musique le lasse, et la lumière s’éteint.

 

 

M'en fous, je la rallume ailleurs. Plus tard.

23:12 Publié dans Jeux | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : personnalité

01/03/2008

La Chaîne Tic-Toc

Bon… Comme cette fameuse chaîne, apparemment, tout le monde y participe, et que celui qui m’a demandé d’y participer, finalement, je ne peux rien lui refuser, c’est bon, je m’y mets…

 

 Alors les règles : (un peu chiantes les règles, hein…. La dernière fois que j’avais participé à une liste, on faisait pas tant de chichis…) :

*Mettre le lien de la personne qui vous tague (c’est fait, au-dessus)

* Mettre les règlements sur votre blog (oki)

* Mentionner six choses/habitudes/tics non importants sur vous-même (ça vient)

* Taguer six personnes à la fin de votre billet en mettant leurs liens (on va essayer ! mais 6 c’est beaucoup !!!)

* Aller avertir directement sur leurs blogs les personnes taguées (pfffffou... et puis leur envoyer un SMS et une invitation par Chronoposte aussi … ?)

Mais honnêtement, c’est le thème qui me bloque un peu : des manies, des tics, des tocs, des trucs, j’ai beau remuer dans tous les sens mes neurones avec un tisonnier, je ne trouve que des choses que je trouve absurdes ou sans intérêt. Je ne me lave pas les mains dans la cuvette des chiottes, je ne danse pas le charleston à chaque fois que je mange des chips, et je n’ai pas de sueurs froides quand par accident je marche sur les joints des pavés dans la rue.  A désespérer un psychanalyste.

Si vraiment je fais un effort :

-Je ne supporte pas d’avoir chez moi une vaisselle sale qui traîne dans l’évier ou un lit pas fait. Même en fermant la porte de la cuisine ou de la chambre, c’est horrible, l’idée qu’il y a du « bordel » caché là derrière, ça m’est insupportable. Il faut que je la/le fasse. Bon, à part ça je ne suis pas plus maniaque qu'un autre, et la poussière, par exemple, je m'en fiche royalement. Mais le lit défait, la vaisselle sale, horreur, abomination.

-Quand je suis seul à la maison ou en voiture (quand TiNours est là aussi d’ailleurs, mais là je me retiens un peu plus...) et que j’écoute de la musique, je chante à tue-tête sur mes CD en toile de fond. Je braille, j’adore ça.

-Je RAFFOLE des bacs de glace. Oui, je dis bien les BACS. Un ou deux litres. Vanille, noisette, praliné, crème brûlée, ou le top du top : mélange framboise-vanille avec des petites meringues dedans (aaaaaaaaahhh).  Et quand j’en ouvre un, je ne sais pas m’arrêter. Je bouffe ça à la cuillère comme un yaourt. C’est  HORRIBLE. Bon, comme c’est mauvais pour mon taux de cholestérol (quant à ma ligne, elle se porte bien, merci), il n’y a qu’une seule parade : ne jamais en acheter pour nous. L’ennui c’est lorsqu’on reçoit des invités et qu’on leur sert des glaces en dessert. Dans la semaine qui suit je me sens obligé de terminer tous les bacs, sous l'oeil goguenard de mon TiNours… LOL.

-J’ai une phobie (ou disons plutôt, "une sainte horreur") des téléphones portables. Quand je dis aux gens que non, je n’en ai pas, tout le monde me regarde avec des yeux ronds. TiNours en a un, je sais tout juste le faire fonctionner en cas de nécessité. Quant à moi, je m’en passe. Lorsqu’en cas d’urgence au lycée il m’arrive (rarement, je vous rassure) d’en emprunter un, à chaque fois j’ai l’air d’un con parce que je ne sais pas où il faut appuyer avant ou après avoir fait le numéro, ni pour couper la communication. Suis très empoté avec ces engins. Bref, je les aime pas, c’est tout.

-J’aime lire au WC. C’est l’endroit idéal ! Bien sûr, comme dans beaucoup d’autres maisons, on y a rangé tout un tas de magazines et journaux à feuilleter, (Marianne ou le Canard Enchaîné bien sûr, ici c’est Rue du Prolétaire Rouge), mais souvent j’attrape un livre (même au hasard !) avant d’aller y faire mes petits besoins. J’ai vraiment associé les deux activités. Je me cultive aux chiottes. D’ailleurs , dans « se cultiver » il y a…

-Lorsque j’ai du mal à m’endormir, ou, (plus fréquemment) me ré-endormir la nuit –si mon mari est endormi et ne peut pas s’occuper  lui-même de moi et de mes insomnies (...)- j’ai développé une technique assez efficace sur moi-même : je me raconte des vieilles histoires que je lisais quand j’étais gamin. Le top du top, c’est les aventures du Club des Cinq ! Je sais pas pourquoi , le côté enfantin, simpliste, amusant du récit me calme, m’apaise, m’endort. Ca marche dans, disons, 80% des cas, si je suis pas trop trop énervé.

Voili, voilo, voilou. Y a-t-il de quoi consulter un psychiatre ? Sinon, en plus grave, je peux aussi passer des heures à chatter sur internet. Mais c’est un toc tellement répandu dans la population, ça… En passe de devenir fléau national ! Il ne mérite donc pas de rentrer dans la liste de nos petites manies/phobies honteuses.

Bon alors maintenant qui vais-je tagger… ?

Spock (s’il veut bien)

Andesmas et le ptit Joss (mais en ce moment, ils doivent avoir bien d’autres préoccupations que la chaîne des TOCS ! enfin bon, si ça leur dit, ils pourront la faire,  plus tard même, c’est pas pressé. Sinon je  ne leur en voudrai pas)

J’aurais bien tagué mes potes Panama et Orpheus mais hélas ils ont fermé leurs blogs, ces vilains….

 

Azulamine,  que je ne connais pas encore, mais Oh!91 m’a demandé pour elle, alors… Ce sera une occasion pour lier connaissance !

 

Ca ne fait que quatre personnes en tout, mais j’aurai tout de même apporté ma modeste contribution à la Chaîne Tic-Toc

Sinon, si vous venez d'arriver et que vous lisez cette note-ci, soyez gentils d’aller lire la précédente aussi (« sans vous commander » comme on dit, arf). C'est ici. J’y ai proposé un petit jeu rigolo et j’aimerais bien qu’un maximum parmi vous y participent et donnent leurs réponses en commentaire ! Merci d'avance.

Bisous à tous.

12:28 Publié dans Jeux | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : chaîne, jeu, manies, phobies, névroses

11/10/2007

Je m'enchaîne !

Bon alors mon ptit CKBB chou m’a passé un maillon d’une chaîne à faire circuler. Il tombe bien, ce matin j’ai pas beaucoup de travail, je peux me concentrer sur des bêtises, avec ravissement. 1, 2, 3, c’est parti !

1)      Attrapez le livre le plus proche, allez a la page 18 et écrivez la quatrième ligne.

« Si persuadé que fût, cette fois, le vieillard, d’être aux confins de sa vie, ce silence lui porta le dernier coup »

(MOOOORT DE RIRE !!!  ça commence bien ! J’espère que c’est pas prémonitoire comme test ! ça sort des « Thibault » de Roger Martin du Gard, (tome 2) ) Et encore je vous épargne la phrase suivante, où ça parle d’un filet de bave, beurque beurque beurque ….

2)      Sans vérifier, quelle heure est-il ?

8h45

 3)      Vérifiez

8h54 (bon ça va… à 10 minutes près, on peut pas encore m’accuser de sénilité précoce…)

4)      Que portez vous ?

Je suis torse nu avec un pantalon de jogging et des pantoufles façon mocassin indien. C’est d’un goût EXQUIS. Où sont les photographes ?

5)      Avant de répondre à ce questionnaire, que regardiez vous ?

Le blog de Chickenbaby, où j’ai trouvé ce charmant carton d’invitation pour participer à la chaîne de l’espoir, dont les bénéfices seront reversés à l’association de soutien pour le retour de Mireille Mathieu parmi nous.

 6)      Quel bruit entendez-vous à part celui de l'ordinateur ?

Les infos sur Europe 1, « les députés corrigent la copie de Bercy,  blabla dividendes, prélèvements libératoires blabla, bla bla bla »

7)      Quand êtes vous sorti la dernière fois ? Qu'avez vous fait ?

Ce matin à 8h pour aller déposer mon TiNours à la gare.

8)      Avez-vous rêvé cette nuit ?

 Euh ! Il aurait fallu me poser la question en me réveillant… ! Oui je me souviens : j’ai rêvé d’une fille que j’avais rencontrée lors de ma première année de fac : une connasse avec un K majuscule. Dans mon rêve, je lui passais une bouteille d’eau minérale. D’un point de vue freudien, je sais pas ce que ça signifie. De mon point de vue perso, ça ne signifie rien, sauf si j’y avais glissé subrepticement une pastille de cyanure juste avant. Mais ça, je crois pas. Je me serais sûrement réveillé de meilleure humeur….

9)      Quand avez vous ri pour la dernière fois ?

Hier soir en regardant les premiers épisodes de la 3° saison de ‘Weeds’

10)  Qu'y a t-il sur les murs de la pièce ou vous êtes ?

C’est mon bureau. Des pochoirs peints par moi il y a un peu plus d’un an  représentant des bonzaïs variés. Il y a aussi des photos de stars glissés dans une pochette en plastique imitation pellicule de cinéma, achetée chez IKEA. En noir et blanc. Ça fait plus « rétro », plus « chic »….

11)  Si vous devenez multimillionnaire dans la nuit, quelle est la première chose que vous achèteriez ?

Ce que ça peut me gonfler ce genre de question…. Qu’est-ce que vous voulez qu’on réponde ? Des trucs cucul et gnian gnian sans aucune originalité genre « je finis de payer le crédit de la maison » « un voyage autour du monde » « une voiture de sport » « une collection de costumes Armani » (ah non, ce dernier point,  sûrement pas, en ce qui me concerne !) ; Ou alors j’aurais envie de  choses originales mais qui ne peuvent pas s’acheter. Le don d’invisibilité. La possibilité de voyager dans le temps. De me dédoubler. Ça ce serait TOP !

12)  Quel est le dernier film que vous ayez vu ?

       Excellente question… putain ça remonte loin ! ça me fait me rendre compte qu’on en regarde assez peu, des films,  à la télé : on se concentre plutôt sur les reportages, les débats ou les séries, sauf si on a des DVD sous la main. Donc au cinéma, ça devait être il y a deux semaines : ‘La Face Cachée’ avec Bernard Campan et Karin Viard.

13)  Avez-vous vu quelque chose d'étrange aujourd'hui ?

Oui, quelque chose d’absolument  INCROYABLE et STUPEFIANT :  je n’avais pas d’érection matinale au réveil. Probablement dû au rêve évoqué dans la question 8. En plus d’être conne, elle était vraiment pas bandante.

14)  Que pensez-vous de ce questionnaire ?

Bôf. Manque un peu de sel, mais bon…. Passez-moi le poivre

15)  Dites nous quelque chose que nous ne savons pas encore

Sur moi ? Euh ! Mais vous savez déjà tout… Ah non, j’en ai pas encore parlé dans mon blog. :je suis capricorne ascendant cancer. Voilà qui va illuminer votre journée, non ?

Sinon, euh, un truc qu’on ne saurait pas dans la vie en général, laissez moi me concentrer sur le tarot, la boule de cristal et le hibou : ah oui voilà ça vient…. Si aux prochaines élections présidentielles américaines, les Démocrates présentent une femme ou un noir, comme ils en ont l’intention, ils se prendront encore une pelle dans la gueule. J’en suis persuadé. Et je fais le pari ici. Maintenant, si je perds, je peux vous dire que je serai RA-VI ! Mais…. j’ai un mauvais pressentiment sur ça.. vous verrez….

  16)  Quel serait le prénom de votre enfant si c'était un garçon ?

Onufle

17)  Si c'était une fille ?

Gudule

18)  Avez-vous déjà pensé à vivre a l'étranger ?

Euh… Bôfff, oui, de loin, à certaines époques, mais jamais de façon bien sérieuse et documentée. Genre quand on était en vacances au Québec, on phantasmait sur des bêtises qui n’ont aucun rapport avec la vraie vie, comme aller au boulot dans un traineau tiré par des gros chienchiens bien gentils…. Avec des grosses léchouilles avant de partir et en arrivant…. Et puis nettoyer les papattes enneigées… et puis leur préparer des grosses sousoupes…. Excusez moi je m’égare… Et puis les anti-clebs vont encore me pourfendre… Où en étions-nous… ?

19)  Que voudriez-vous que Dieu vous dise lorsque vous franchirez les portes du paradis ?

« Vire ton string, la backroom des mecs c’est la deuxième porte à gauche »

20)  Si vous pouviez changer quelque chose dans le monde en dehors de la culpabilité et la politique, que changeriez-vous ?

Plus de problème de pollution, de réchauffement planétaire, enfin bref tout ça quoi…

21)  Aimez-vous danser ?

J’adorais ça avant. Mais ça fait une éternité que j’ai plus pratiqué. Trop longtemps. Qui m’invite ?

22)  Georges Bush ?

Vladimir Poutine ?

23)  Quelle est la dernière chose que vous ayez regardé a la télévision ?

5 minutes hier soir de l’émission à la con de Delarue, avant qu’on n’aille se coucher. C’était sur les criminels, ou conjoints de criminels. Des témoignages vaseux. Strictement aucun intérêt.

24)  Quelles sont les trois personnes qui doivent prendre le relais sur leur blog ? 

S’ils acceptent :

Panama : je sais pas pourquoi mais je sens qu’il va refuser… je ne me souviens pas avoir lu une seule chaîne à laquelle il aurait participé, dans son blog. Mais je me trompe peut-être !

MaestroGay : je te passe la chaîne, petit scarabée, que la force soit avec toi !

Anydris : s’il a émergé de son coma éthylique et qu’il se sent d’attaque (avant ses futures obligations municipales… si j’étais dans ta ville je voterais pour toi des deux mains et des deux pieds, mon grand !)

 

10:15 Publié dans Jeux | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : chaîne