Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/09/2007

Les rugbymen et Guy Möquet

Grosse polémique en ce moment sur le fait que les rugbymen ont été filmés dans leurs vestiaires l’autre jour avant le match France-Argentine, en train d’écouter la lecture de la lettre que Guy Möquet , militant communiste, fusillé en 41, avait rédigée avant de mourir.

 

Les joueurs protestent en disant que ce film n’aurait pas dû être montré au journal de 20h, parce qu’il dévoilait un moment très intime qui n’appartenait qu’à eux, et qu’ils n’avaient accepté la caméra qu’en croyant que cela serait intégré dans un film plus global sur la compétition, par la suite.

Réactions diverses du public (entendues ce matin à l’émission de MoRenDyNy) : « les rugbymen exagèrent » , « ils cherchent à se dédouaner de leur défaite de l’autre jour en rejetant le blâme sur les journalistes qui les avaient filmés » « Comment peuvent-ils parler du viol de leur intimité alors qu’ils la dévoilent complaisamment chaque année dans leur calendrier obscène » etc etc…..

 

La première remarque qui m’est venue à l’esprit en entendant tout ça, c’est que déjà beaucoup de personnes confondent la pudeur physique et la pudeur morale. Ca n’a strictement rien à voir ! Bien sûr, chacun peut avoir son avis sur la question, mais il me semble évident qu’il est beaucoup plus facile de se montrer nu (ou dans ce cas précis, disons plutôt « dévêtu » n’exagérons rien…) que de dévoiler des émotions fortes. La caméra qui cherche à traquer ces émotions est beaucoup plus « voyeuse » et « indiscrète » que celle qui montre des culs ! C’est comme si on filmait Rocco Sifreddi en train de pleurer devant la tombe de l’un de ses parents, et que s’il proteste, on lui réponde «  Vous ???? Vous plaisantez !!! Vous n’avez plus rien à cacher non ??? »

 

Mais passons sur cet aspect des choses, même si le débat est intéressant… Je note aussi que beaucoup de gens parmi le public, aiment à taper sur l’équipe de France ces jours-ci depuis leur défaite contre l’Argentine ; et moi, je me demande : on a dit qu’ils avaient voulu excuser leur défaite avec cette histoire de caméra qui les avait filmés dans un moment intime. Soit. Au fond personne n’en sait rien mis à part les joueurs eux-mêmes. Mais je me pose plutôt la question suivante : s’ils avaient gagné et qu’ils aient émis le même reproche contre les cameramen malgré leur victoire, est-ce qu’ils auraient tout autant été « descendus » par le public ? Le public qui aime les équipes de France GAGNANTES. Les mecs VIRILS. Ceux qui savent se battre sur un stade, et qui sont  VAINQUEURS. Pas les fofolles qui posent façon gay dans un calendrier. Peu importe l’identité des gens, ou leur passé. Ce qui compte, c’est la victoire présente –ou future- et l’hystérie collective qu'elle peut générer. Après le Mundial de1998 on a peint le portrait de Zidane sur un mur de Marseille. Après le râteau de l’équipe de France au même Mundial en 2002 certains ont proposé de l’enlever. Pourquoi ?

 

Je hais ce culte de la victoire et des vainqueurs, je déteste toutes ces manifestations hystériques et ces gens qui jettent à la poubelle ce qu’ils ont adoré, une fois que leurs espoirs de gloire nationale sont déçus.

 

Enfin, j’en arrive à ce qui m’a le plus interpellé dans cette affaire.

La lecture de la lettre de Guy Möquet.

Malgré tout le respect sincère que j’éprouve pour ce jeune homme, et mon admiration pour son message en effet beau et très poignant à la veille de sa mort, je ne peux m’empêcher de me dire « quelle idée… » Quelle idée de lire ceci à des sportifs avant une compétition ! Même si la lettre contient une exaltation aux valeurs de courage, d’oubli de soi-même, et de sacrifice, c'est tout de même une missive qui s'ouvre sur les mots "je vais mourir!" ! Je suis pas un rugbyman, mais j’ai eu à franchir des épreuves dans ma vie, et je dis bien haut et fort que moi, personnellement, avant un examen, un concours, une compétition, la lecture de cette lettre et du passé qu’elle véhicule aurait plutôt eu tendance à me foutre le bourdon et certainement pas à booster mon énergie !  Et je ne suis pas le seul à penser ainsi.

Cette lettre, on en avait déjà entendu parler au moment de l’investiture à la présidence, en mai. Une lettre tellement belle, que notre président avait émis le vœu que tous les enseignants en fassent la lecture, en début d’année, à leurs élèves. Je me souviens que ça m’avait fait bondir. Ce serait prévu pour le 22 octobre cette année ! Encore une fois, je n’ai rien contre Guy Möquet ou contre le document en soi, bien sûr, mais ce qui me choque profondément, c’est le fait du Prince. Les procédés à la Louis XIV. Le fait de dire « cela plaît au Souverain, alors lisez, étudiez, aimez ». Si demain un Président de la République tombe amoureux du conte du Petit Chaperon Rouge, ou de l’éloge funèbre de Bossuet à Madame, il faudrait donc l’officialiser au boulot ? Dans les classes ? Aux vestiaires avant les matches ? Moi je suis désolé mais je m’insurge.

Et bien évidemment, en farfouillant dans la Presse (mais était-ce nécessaire… ?) on apprend que le choix de cette lecture aux rugbymen venait de leur entraîneur, futur ministre des sports et ami intime de notre Suzerain…. Celui qui facture sa signature sur les maillots de l’Equipe. L’amateur de jambon éclairé. Ah vraiment… je regrette de n’avoir pas trouvé la formule moi-même, mais comme elle est vraie : bientôt on va imprimer sur les maillots  la marque UaimePet.

 

Foutez-leur la paix aux rugbymen, foutez-leur la paix. S’ils gagnent leurs prochains matches, la victoire sera LA LEUR, à eux seuls et pas celle d’une foule de supporters surexcités et peinturlurés. Ni surtout celle d’une monarchie ‘new style’ qui essaie de tisser sa toile et d’étendre son influence par tous les moyens.

80840721f2052447bb05f74609538e69.jpg

19:35 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : sport