Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/01/2008

Les couleurs du temps

Côté polychromie, c’est pas franchement la joie en ce moment !

 

Pour commencer, depuis que nous sommes rentrés de Paris, voici la couleur du ciel (« Moral de novembre » revisited ! Vous vous souvenez… ?)

 

 

53c7a5c86a0420779b408cfd0f6f6d0d.jpg

La photo a été prise, je le précise, vers 16h30 heure locale...

HORRIBLE...

Et inutile de dire que le baromètre suit : non seulement cette "clarté" gris pisse nous poursuit à l'intérieur de la maison jusqu’à nous taper sur le système et les neurones (on a en permanence l’impression qu’il est 19h, du matin au soir) mais en plus bien sûr, pour faire bonne mesure, le ciel pleuviote, glouglotte, pleurni-chiotte. TOUT CE QUE JE DETESTE. Parlez-moi de bons orages avec bourrasques de pluie et éclairs tonitruants, ça oui ! Mais cette météo larmoyante, ça me donne envie de tirer un coup de bazooka en direction du ciel !

Après avoir pris une photo de l’extérieur, histoire d’apporter mon témoignage ici et de faire partager ma peine à mes lecteurs chéris, je me retourne et me retrouve face à l’intérieur : notre hall d’entrée.

 

 

b610e1166d4f1fb3a0c71d430aca92f4.jpg
ce36de6e0b00d8893c8254f803915516.jpg

Et là, j’ai décidé de revenir sur une de mes décisions de l’autre jour, à savoir, ne pas prendre de résolutions pour la nouvelle année. SI, je vais en prendre une. Il faut  ABSOLUMENT que courant 2008, on se prenne par la main et qu’on repeigne le hall et le couloir de notre maison. Les précédents proprios avaient bon goût généralement, sauf pour les couleurs des murs au rez-de-chaussée. En particulier, je n’ai JAMAIS compris où ils sont allés chercher cette idée incroyable de peindre les murs avec du déguelis de flamands roses (au torchon qui plus est !!!). Voilà 3 ans bientôt qu’on se dit qu’on doit tout refaire. L’été dernier TiNours et moi nous sommes courageusement occupés à repeindre notre chambre et le bureau. La première était tapissée en saumon vif, le second en vert mousse, très très glauque. On a tout arraché et repeint en blanc, avec des pochoirs, pour donner une impression d’espace dans les pièces. C’est très réussi. On n’a pas refait le hall et le petit couloir au rez-de-chaussée, parce que plus compliqué : il faut aussi refaire les plafonds, les rosaces et les portes fenêtres attenantes. Beaucoup plus long que la chambre et le bureau. Peut-être qu’on le fera faire, je ne sais pas. Tout dépendra du montant des devis que les peintres nous feront. Mais en tout cas, que ce soit par nous ou par d’autres, il faudra  IMPERATIVEMENT que ce rose « Folle Ménopausée » disparaisse de notre vie et de notre vue. Aujourd’hui quand je le vois, j’ai envie de ressortir mon bazooka et d’aller massacrer les pauvres oiseaux  innocents de l’étang de la Crau. RAAAAAAA….

 

Papa Noël, Lancelot y sait qu'y est en retard, mais pour son anniversaire qui arrive bientôt, pourrais-tu revenir du côté de chez nous : Lancelot, y veut comme cadeau un ciel BLEU et un hall + couloir aux murs CLAIRS (blanc avec pochoirs, ça m’ira très bien). Merci, Papa Noël, Lancelot t’aime.

 

23/11/2007

View from my window

8b22670ecb980cc7dca108cb10fab48d.jpg

 

La couleur du ciel ce matin chez moi vers 8h30.

Joli non...?

Le baromètre pointe dans la bonne direction, et mon moral aussi.

Bisous à tous, je file bosser.

08:55 Publié dans Mes humeurs | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : moral, météo

21/11/2007

Moral de novembre : vous pouvez zapper

cafb3cae0add93cf990865faf1efa3bb.jpg

Voilà un instantané de l'état de mon mûrier platane ce matin à 11h45.

Ca reflète assez bien mon état intérieur actuellement, et, si j'en crois la tournée des blogs des copains, le moral général des troupes en cette belle matinée...

Fait gris

Fait froid.

Fait du vent.

Fait humide.

Fait moche.

(Et, fait notable car exceptionnel : mon petit Pixie montpelliérain à gauche en ce moment se  PLANTE COMPLETEMENT ! Il indique un ciel bleu avec un joli soleil et quelques tout petits nuages blancs .... Faut aller resserrer quelques boulons sur le satellite !!! Pas l'ombre d'une miette de bleu ni d'un seul rayon de soleil depuis hier ! Le ciel est uniformément gris pisse ! Et le petit garçon en tee-shirt, bermuda et tongues, il peut courir chercher sa doudoune et ses boots, sinon il va attrapper une pneumonie que je te dis que ça !!! Pour la petite fille lilloise, je sais pas, je ne suis plus sur place pour vérifier...)

Les mois de novembre se ressemblent toujours plus ou moins. C'est en général la pire période de l'année. Pour la plupart, l'effet bénéfique des congés d'été s'est estompé, pas de perspectives de vacances avant un mois et demi, la météo vide ses poubelles, et, bien sûr, c'est toujours le moment où les conflits sociaux remontent à la surface, parce que c'est toujours le moment où le Gouvernement est pris d'une crise de réformite aigue...

Il y a trois semaines, on avait pris les grèves à la légère, parce qu'on n'était pas trop affectés, mais, surtout (même si ça a l'air idiot) parce qu'il faisait très beau ce jour-là.

Aujourd'hui, l'arrêt des transports ne nous perturbe pas excessivement dans notre quotidien : TiNours se fait covoiturer par Lala, le seul inconvenient est que je dois l'emmener le matin en voiture à 5 km d'ici, mais c'est pas très contraignant.

Mais surtout c'est cette ambiance pourrie de conflit permanent qui est chiante au quotidien. On ouvre la radio "...les négociations..." on ouvre la télé "...les perturbations..." on ouvre le journal "...les manifestations..." on ouvre la bouche : "Est-ce que demain tu vas faire grève ou consacrer ta journée à la mast...." eh merde!

Ca nous bouffe la vie.

Moi ce qui me déboussole surtout (et je suis persuadé que plein de Français sont dans le même état d'esprit que moi) c'est d'en vouloir aux agents SNCF de faire chier le monde tout en reconnaissant que j'en ferais autant à leur place, C'est d'entamer sans cesse des débats où les gens se montent les uns contre les autres, tout en reprochant au gouvernement de faire ce qu'il ne devrait pas faire, ou de ne pas faire ce qu'il devrait faire, avec ce putain de sentiment d'impuissance. C'est de me dire que de toute façon en mai on en a pris pour 5 ans (minimum) dans le cul. mais que, bien au-delà, je doute même que si par miracle l "autre" avait été élue, nous n'en serions pas au même point aujourd'hui. Ils ont beau s'agiter et gesticuler dans tous les sens, on le sait bien, que les décisions ne sont pas de leur ressort. Les matières premières augmentent, l'essence augmente, tout ça pour des raisons variées (les quotas sur le lait, les mauvaises récoltes de céréales, les besoin accrus de la Chine et de l'Inde en pétrole, etc etc...) et on nous promet d'améliorer notre pouvoir d'achat, "plus tard" mais pour l'instant, la seule chose qui prospère, c'est la déprime ambiante.

Et c'est pas la frénésie de Noêl et des vitrines illuminées qui me rendra mon moral... quand j'étais ado ça marchait encore... maintenant , quelque part, je ne sais même pas où, je l'ai perdue, cette faculté de faire risette à la magie des fêtes de fin d'année. M'en fous, de Noêl. M'en tape complètement, même.

Envie d'arrêter de faire semblant, envie de changer tout le décor. Changer de dimension, en passant une porte, comme dans les bouquins d'anticipation de Philip Jose Farmer. Se retrouver dans un monde complètement différent. Même si c'est pire. Tant pis. Au moins on n'aura plus les mêmes tristes gueules des actualités (et des "acteurs"!) du jour sous les yeux.

Je l'aime bien quand même, mon mûrier platane. Chaque année je le taille en décembre, justement. Ouste, les vieilles branches à la poubelle. Si on pouvait en faire autant des problèmes engendrés par les conflits sociaux...

12:20 Publié dans Mes humeurs | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : novembre, moral, grèves