Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/07/2008

Lancelot, la SNCF et la RATP

Participer à un Paris-Carnet, ça se mérite au préalable, et ça se paie a posteriori !

 

 

Plein de joie anticipée à l’idée d'assister à cette célébrissime réunion de la Haute Culture parisienne, je m’étais pointé avec mon petit sac en ma petite gare de province (petit Montpellier, pour les non-initiés) à l’heure, mercredi matin, déposé bien gentiment par mon TiNours avant qu’il n’aille bosser.

Eh ben la gare, c’était le WY. Des produits chimiques potentiellement dangereux s’étaient répandus à Sète et tout le trafic avait été bloqué. Résultat des courses, Les trains ont redémarré à la queue leu leu et dans le bon ordre à partir de 10h, et mon TGV initialement prévu à 9h20 est parti avec deux heures de retard. Mi ré do, mi mi ré do.

 

 

Profitant d’un tarif spécial, je voyageais exceptionnellement en première. Exceptionnellement, j’avais sur moi un portable (prêté gracieusement par mon TiNours). Et, bien sûr, exceptionnellement, il a sonné et j’ai répondu. J’ai toujours eu une sainte horreur des gens qui racontent leur vie à tue-tête dans ces engins dans les transports en commun. Mais j’ai toujours fermé ma gueule et pris mon mal en patience. Tout ça pour me faire jeter mardi par un mec qui m’a dit « Vous ne pourriez pas aller téléphoner ailleurs ? » J’en suis resté comme deux ronds de flan dis donc ! Bon bien sûr j’étais dans mon tort, et bien sûr je me suis exécuté. Mais c’est bien la peine d’avoir SUBI pendant des années pour me faire moi-même reprendre à la première incartade… Faut croire que les plébéiennes oreilles des voyageurs de 1° classe sont moins endurcies que les crasseuses esgourdes des manants de seconde… Prends en de la graine, Lancelot…

 

 

J’ai été accueilli par une pluie battante en gare de Lyon mais, n’écoutant que mon optimisme et ma joie de vivre, j’ai enfourché mon métro et j’ai filé dans le 11°, chez  Boquillonnette, qui m’attendait avec un café et des galettes pour me réconforter. Hélas la visite a dû se faire en mode éclair (une heure pour résumer deux ans depuis que nous ne nous étions pas vus ! dur !) avant que je ne fonce retrouver Fiso plus au Sud de Paris ! Bon, là, la pluie avait daigné se taire… Il n’empêche que suite à la boutade de Fiso au téléphone concernant mon désir d’emporter un Kway « C’est pas la Bretagne ici ! », je peux répondre que,  ben, cet après midi là, ça y ressemblait beaucoup en tout cas !!! Avec la mer et les Bigoudènes en moins… !

 

 

 

Ce matin vendredi, je refais le chemin en sens inverse (oui oui, bien sûr,, il s’est passé des choses entretemps, mais ce sera le sujet de billets ultérieurs… patience patience).

 

 

Parti à 10h sous un beau soleil, tout guilleret, j’avais prévu mes changements de métro pour arriver en gare de Lyon sans encombre ni précipitation. Porte d’Orléans jusqu’à Denfer, prendre la ligne 6 direction Nation, changer à Bercy et prendre le Météor qui m’aurait déposé pile poil là où je voulais aller.

 

 

Pauvre de moi. Des stations étaient fermées sur la ligne 6. Et vas-y que je te débarque tout le monde Place d’Italie, et vas-y que je te renvoie direction Bastille, pour reprendre la ligne 1 dans l’autre sens ! C’était pas bien grave, sauf que je suis arrivé à la gare à 11h10 pour prendre mon TGV à 11h20, que bien sur il était garé  A L EXTREME EXTREMITE  de la gare, que j’étais dans la toute dernière voiture, et que, lorsque après avoir piqué un sprint, je suis arrivé 3 minutes avant la fermeture des portes, c’était pour découvrir que  BIEN SUR la place qui m’était réservée était celle que j’abomine pardessus tout : le fameux « carré » où souvent se mettent des familles avec enfants. J’ai horreur de ça parce que j’ai d’immenses guibolles que je ne peux étaler sans écraser celles de mes voisins d’en face, et ça oblige à voyager dans des positions crispées TRES inconfortables.

 

 

Cette fois, j’étais en 2°, tout le monde téléphonait, personne ne se plaignait, et bien sûr mon portable n’a pas sonné pour que je puisse me venger sur les autres… LOL

 

 

En conclusion, il faut bien être conscient d’un phénomène de société : s’il faut savoir souffrir pour être beau, il faut aussi savoir souffrir pour aller à Paris Carnets. D'ailleurs les deux ne sont pas incompatibles... ! L'endroit était plein de blogosses... J’ai bravé vents et marées (la marée ce n’est pas vraiment une image, hein, Fiso !) pour être présent et je ne le regrette pas.

 

 

Plein de bonheur et de sympathie ce soir-là ! A suivre

08/11/2007

Un petit Tours, ça va, deux, bonjour les dégâts (diététiques).

Nous sommes rentrés avant-hier d’une escapade de 5 jours en Sologne, près de Tours.

Au programme, nombreuses sorties, et grosses bouffes. Aïe !

Mon Tours de taille n’y a pas résisté ! (bon, ça va, je rentre encore dans mes jeans tout de même… cessez de ricaner comme ça, bande de grognasses !) Quand je lis dans son blog que Tarvalanion, de retour de Franche-Comté, a réussi à limiter les dégâts dans une fourchette de 500g, j’admire ! En ce qui me concerne, je préfère ne pas consulter la balance avant deux semaines de retour à un régime de bons petits légumes…

Mais bon, nous étions chez Sylvia, qui cuisine divinement ; sa mère qui nous adore, a tenu à nous inviter aussi. « Allons, finissez moi ce morceau de faisan, je n’aime pas les restes » , « Il faut absolument que vous goûtiez ce Bourgueil, il est extraordinaire » « Pour dessert j’ai prévu des pommes poêlées au miel, Qu’en pensez-vous ? » Difficile de résister…

Après que nous sommes rentrés mardi soir j’ai fait ma « tournée des blogs » (comme on fait la « tournée des amis » c’est très sympa), et ce qui me fait sourire c’est qu’on en est tous là, nous les pédés, à bien admettre qu’on aime s’empiffrer mais après à s’affoler pour notre petite ligne (cf Anydris aussi !) . Bon, ça rassure !

Après les charmes de la campagne de l’Hérault on a donc pu profiter des belles couleurs de l’automne solognot. Voici deux  jolies cartes postales :

fe288761062b42657b15c6c587fe37d0.jpg3f77475d09c5ca645634436ea5d0e237.jpg

 

On a aussi visité Angers, son château, sa cathédrale. Une ville majestueuse et pleine de charme, que je ne connaissais pas. Ca sent le fric, mais le fric sympa, pas le fric puant comme à Deauville par exemple. Et puis, la ville est remplie de beaux jeunes minous, hummm…

067bd3a0e51f523321fd9a491c062478.jpg
a2c55dd77f16f9e676da47046ab99094.jpg
4993884f99ea4960bccbaa201d5ad874.jpg

Oui, ça c’est pas un beau jeune minou, c’est moi en contre-jour (beau matou bien installé sur Terre...) Ça fait plus romantique et mystérieux, et surtout le clair-obscur et mon blouson cachent les petits bourrelets qui poussent sournoisement… Interdiction de ricaner, bande de....

Comme on ne rate jamais une occasion de se cultiver (sauf que c’était un hasard total) c’est dans le jardin du château que j’ai appris l’origine éthymologique d’une institution dont je me fais chaque année le portier. Soyez honnêtes, vous le saviez, vous… ?

e480af2945e21a1abaf332d0966b5332.jpg

A l’intérieur du château, exposition de tapisseries (dont une très célèbre série sur l’Apocalypse, celle-là je vous l’épargne). J’ai zoomé plus modestement sur deux  mignonnes bébêtes dans une composition moins dramatique. Le premier, c’est ce à quoi j’aurais ressemblé très vite si nous ne nous étions pas enfuis mardi de cette région redoutable d’un point de vue gastronomique. Le second, c’est ce que j’étais avant ces vacances, (et que je redeviendrai très certainement d’ici une semaine de jogging et de diète.... Si, si, si ! Z'allez voir ça...).

d5552cbd9f495869e4b9fc7125144610.jpg
96b2e4883d3b90b5ec3adb3523f7947a.jpg